Marine Le Pen aurait pour la première fois une chance de gagner l'élection et de briser le "plafond de verre".

Serge Galam, physicien et chercheur au CNRS, a théorisé une formule permettant de calculer le taux d’intentions de vote au second tour à partir duquel Marine Le Pen gagnerait la présidentielle. Il explique sa théorie à Brut.

"Marine Le Pen, pour la première fois, a une chance tout à fait plausible de gagner l’élection", affirme Serge Galam, chercheur au CNRS et membre du CEVIPOF Sciences Po.

Dans une interview pour Brut, il explique sa théorie avec une formule mathématique basée sur le taux d’intentions de vote pour Marine Le Pen au second tour des élections.

D’après le chercheur,  au second tour, la mobilisation citoyenne empêche habituellement le Front National d’accéder au pouvoir, mais cette fois-ci le principe "d’abstention différenciée" pourrait changer le résultat du vote.

Cette dernière est le fruit de la réflexion de Serge Galam: "beaucoup d'électeurs qui disent qu’ils vont aller voter pour Macron ou pour Fillon [...] le font à contrecoeur, malgré eux et donc, beaucoup d’entre eux n’iront pas jusqu’au bout de ce choix forcé."

Partant de ce constat, le calcul permet au physicien de déterminer à partir de quel taux d’intentions de vote pour Marine Le Pen au second tour, permettrait à la candidate FN de remporter la présidentielle.

Le résultat? Même avec moins de 50% d’intentions de vote, Marine Le Pen pourrait sortir gagnante.

Pour aller plus loin…

Serge Galam donne comme exemple un taux d'intentions de vote pour Marine Le Pen au second tour de 42%. Considérant que sur ces 42%, il y aurait 90% de personnes qui voteraient vraiment pour elle, son adversaire devrait alors dépasser une taux de participation de 65,17% pour remporter et battre la candidate FN à l'élection présidentielle.

Vous êtes à nouveau en ligne