Les populismes en Europe (8/9) : en Pologne, Jaroslaw Kaczynski, le marionnettiste

Jaroslaw Kaczynski à Varsovie, le 14 novembre 2017.
Jaroslaw Kaczynski à Varsovie, le 14 novembre 2017. (JANEK SKARZYNSKI / AFP)

À deux mois des élections européennes, franceinfo tente de comprendre la montée des populismes en Europe. En Pologne, Jaroslaw Kaczynski n'a pas de poste gouvernemental, mais c'est pourtant lui qui gouverne de facto.

On le surnomme le marionnettiste. Jaroslaw Kaczynski n'a officiellement aucun poste : ni président, ni Premier ministre, ni ministre, ou même député. Mais c'est pourtant lui qui tire les ficelles. Lui, président du parti Droit et Justice (PiS) au pouvoir, qui a choisi le chef de l'État et celui du gouvernement, lui que l'on consulte avant toute décision, lui que les dirigeants étrangers viennent rencontrer quand ils se rendent en Pologne.

Populisme Pologne
Populisme Pologne (JANEK SKARZYNSKI / AFP)

>> CARTE. Hongrie, Italie, Autriche... Où sont les populistes en Europe ?

Pourquoi les votes à la Diète, le Parlement polonais, n'ont-ils jamais lieu le matin ? Tout simplement parce que Jaroslaw Kaczynski, couche-tard, déteste se lever tôt et qu'il veut pouvoir les régenter, toujours dans l'ombre.

Un personnage atypique

Éternel célibataire, Jaroslaw Kaczynski vit seul avec son chat dans un pavillon modeste qu'il a partagé avec sa mère jusqu'à sa mort. Il n'a ni ordinateur, ni permis de conduire, ne parle aucune langue étrangère, ne quitte jamais son pays, vit en ermite, mais il a compris mieux que l'élite qu'il pourfend – et qu'il a défait dans les urnes – le désenchantement des Polonais vis-à-vis de l'Europe.

"Kaczynski a ressenti ce changement de perception : que les gens veulent rester dans l'Union européenne, absolument, mais cette relation prof/étudiant avec Bruxelles, c'est quelque chose dont ils ne voulaient plus", décrypte Jedrzej Bielecki, journaliste au quotidien Rzeczpospolita.

Jaroslaw Kaczynski, qui est beaucoup plus eurosceptique, a bien senti que les gens avaient besoin de rêver d'autre chose et il a lancé cette idée nationale.Jedrzej Bielecki, journaliste à franceinfo

Jedrzej Bielecki exalte la fierté nationale, veut que l'on compte désormais avec la Pologne au niveau européen. Une Pologne catholique bien sûr. Son discours populiste se traduit aussi sur la scène nationale par une politique sociale très généreuse, en matière d'allocations familiales par exemple, un contrôle absolu des médias publics et une mise au pas de la justice, au nom de la décommunisation.

Par ailleurs, son parcours politique est marqué par un drame : la mort de son frère jumeau Lech Kaczynski, qui était alors président de la Pologne, dans la catastrophe aérienne de Smolensk en Russie en 2010. Depuis, Jaroslaw est en deuil, accuse la Russie, son ennemie éternelle, lui dont l'engagement politique a débuté dans les rangs de Solidarnosc.

Vous êtes à nouveau en ligne