VIDEO. Législatives : à Paris, une candidate fait campagne dans le métro (bien que ce soit interdit)

Danielle Simonnet (à gauche) et Jean-Luc Mélenchon dans le métro, le 21 mars 2014 à Paris.
Danielle Simonnet (à gauche) et Jean-Luc Mélenchon dans le métro, le 21 mars 2014 à Paris. (MAXPPP)

Candidate de La France insoumise dans la capitale, Danielle Simonnet n'hésite pas à descendre dans le métro pour séduire de nouveaux électeurs. Une petite entorse au règlement qu'elle assume pleinement.

"Bonjour, c'est pour un petit sondage matinal !" Les passagers de cette rame de métro parisien ont eu droit à une scène peu ordinaire, vendredi 26 mai. Accompagnée de deux militants, Danielle Simonnet, candidate de La France insoumise aux élections législatives dans la sixième circonscription de la capitale, est venue faire campagne entre deux stations. "On a un super tract avec tous nos candidats sur Paris, mais c'est interdit de le distribuer. Mais nous, on est sympas, on vous le donne", lance cette proche de Jean-Luc Mélenchon, après un petit numéro sur le "recyclage" du premier gouvernement du quinquennat Macron.

Faire campagne dans les couloirs et les rames du métro est en effet interdit. "Dans un esprit de neutralité, et en conformité avec la réglementation en vigueur, la RATP, entreprise publique, rappelle l’interdiction de se livrer à une quelconque propagande, notamment politique, dans les trains et les parties des stations dont l’accès est ouvert au public", commente sobrement l'entreprise auprès de franceinfo.

"On s'adresse à celles et ceux qui travaillent"

Une entorse à la règle que la conseillère de Paris assume pleinement. "Le problème, c’est que la politique est de moins en moins autorisée dans l’espace public et que dans les médias, c'est Macron midi et soir", raille-t-elle auprès de franceinfo, avant d'énumérer les lieux où la distribution de tracts est proscrite : les parvis de gares, les centres commerciaux… Une interdiction qu'elle met en parallèle avec la diffusion des messages publicitaires.

La publicité, omniprésente, a droit de cité, la parole citoyenne, non. Ce n'est pas normal.Danielle Simonnetà franceinfo

Ce n'est pas la première fois que l'élue se livre à ce qu'elle appelle des "criées" dans le métro (voir ici ou ). "Je fais ça depuis 2009. Dans le métro, on s'adresse à celles et ceux qui travaillent, qui font la France active et populaire à Paris. On fait un petit speech, très court, le temps d’une station, pour éveiller les sourires et, sans se prendre au sérieux, parler de choses très sérieuses", argumente celle qui se produit aussi sur scène. La conseillère de Paris ajoute n'avoir jamais eu de problème avec la RATP : "Comme on bouge tout le temps, ils n'ont pas le temps de nous trouver. Et sinon, on s’en va…"