Noms qui sautent, changements de dernière minute : ce qui a mis François Bayrou en colère après les investitures En marche

François Bayrou, président du MoDem, soutien de Macron .
François Bayrou, président du MoDem, soutien de Macron . (RADIO FRANCE / JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT)

François Bayrou et ses proches estiment que la liste des investitures de La République en marche dévoilée jeudi n'a "rien à voir avec celle actée la veille".

La liste, dévoilée jeudi 11 mai par La République en marche, des candidats investis pour les prochaines élections législatives, n'a pas "l'assentiment du MoDem". Selon les informations recueillies par franceinfo, la colère de François Bayrou s'explique par les nombreux changements opérés au dernier moment.

>> Législatives : pourquoi François Bayrou ne veut rien lâcher sur les investitures de La République en marche

Au MoDem, on explique notamment que la liste publiée jeudi n'a "rien à voir avec celle actée la veille". Des noms de candidats centristes auraient été retirés à la dernière minute. Exit, par exemple, la candidate prévue dans la deuxième circonscription d'Ille-et-Vilaine, afin de laisser la place au conseiller presse de François Hollande, Gaspard Gantzer.

La "continuité du système Hollande"

Deux candidats, à Paris et en Indre-et-Loire, auraient également été sortis de la liste, pour qu'aucun candidat de La République en marche ne soit opposé à Myriam El Khomri et Marisol Touraine, deux ministres "hollandaises".

Du coup, la garde rapprochée de François Bayrou y voit "la continuité du système Hollande", et un "déséquilibrage à gauche".

Pour manifester leur mécontentement, les deux centristes les plus proches du maire de Pau, Marielle de Sarnez et Marc Fesneau, ont demandé à être retirés de la liste de La République en marche.