Législatives : La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon annonce qu'il n'y aura pas d'accord avec les communistes

Jean-Luc Mélenchon lors d\'un meeting de La France insoumise, à Toulouse (Haute-Garonne), le 16 avril 2017.
Jean-Luc Mélenchon lors d'un meeting de La France insoumise, à Toulouse (Haute-Garonne), le 16 avril 2017. (MAXPPP)

Le directeur des campagnes du mouvement de Jean-Luc Mélenchon s'est dit "excédé par des combinaisons sans principe" proposées par les communistes.

La France insoumise a annoncé, mardi 9 mai, qu'il n'y aurait pas d'accord pour les élections législatives de juin avec le Parti communiste français, lui en renvoyant la responsabilité de cet échec, dans un communiqué. "Tous nos candidats porteront le programme 'L'avenir en commun' en invitant les 7 millions d'électeurs qui l'ont soutenu à l'élection présidentielle à reproduire leur vote pour une majorité nouvelle à l'Assemblée nationale", indique Manuel Bompard, directeur des campagnes du mouvement de Jean-Luc Mélenchon.

Manuel Bompart s'est dit "excédé par des combinaisons sans principe" proposées par les communistes. Le numéro un du PCF "Pierre Laurent a décidé de rompre les discussions", aux yeux de Manuel Bompard, qui en "prend acte" et le "déplore".

Des discussions "très étriquées"

Quelques heures plus tôt, Pierre Laurent avait pourtant renouvelé avec "un peu de colère" son appel à un accord avec La France insoumise. Parmi les raisons du blocage, l'élu parisien a évoqué des discussions "très étriquées", ne concernant "malgré nos demandes" que sur des "retraits réciproques de candidatures portant sur moins de 15 circonscriptions pour chaque formation sur les 577" existantes.

Faute d'accord au niveau national, Pierre Laurent a indiqué que les communistes mèneraient la campagne pour le scrutin des 11 et 18 juin "avec la main tendue" et feraient des "offres" à leurs partenaires localement.