Législatives 2022 : Jean-Luc Mélenchon veut écrire "une page de l'histoire de France" avec la Nupes réunie à Aubervilliers

Jean-Luc Mélenchon, chef de file de La France insoumise, à la convention de la Nupes, à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), le 7 mai 2022.
Jean-Luc Mélenchon, chef de file de La France insoumise, à la convention de la Nupes, à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), le 7 mai 2022. (JULIEN DE ROSA / AFP)

Les principaux partis de gauche partiront unis lors des élections législatives des 12 et 19 juin.

Après l'accord conclu entre LFI, le PCF, les écologistes et les socialistes, la Nouvelle Union populaire écologique et sociale a organisé une convention d'investiture à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), samedi 7 mai. Plusieurs leaders de gauche ont pris la parole, dont Olivier Faure, le premier secrétaire du Parti socialiste, qui a été ovationné pendant plus d'une minute. En clôture de cette convention, Jean-Luc Mélenchon a incité les siens à "être à la hauteur" pour ce rendez-vous électoral. Les noms des candidats investis par cette alliance politique doivent ensuite être dévoilés. 

Bernard Cazeneuve attaque La France insoumise. La France insoumise est "d'une violence politique parfois qui est insupportable", a estimé auprès de France Bleu Cotentin, samedi, l'ancien Premier ministre Bernard Cazeneuve, alors qu'il dédicaçait son dernier livre à Cherbourg (Manche). Ce sont ses premières déclarations depuis qu'il a quitté le PS mercredi en dénonçant l'accord à gauche en vue des législatives. Il a dénoncé "des attaques abjectes" de LFI, dont il dit avoir fait les frais, et "qui n'est pas la République".

Les Républicains se lancent dans la bataille. Les Républicains ont lancé samedi leur campagne des législatives en réaffirmant leur indépendance face aux tentations de départs vers la macronie,ce qui n'a pas empêché le député Robin Reda de sauter le pas. "Rien n'est joué, les choses sont en train de bouger sur le terrain", a affirmé le président du parti Christian Jacob à l'issue d'un Conseil national au siège du parti.

Eric Zemmour cherche un second souffle. Eric Zemmour a fait durer le suspense quant à son éventuelle candidature pour les législatives en lançant la campagne du parti Reconquête !, samedi à Paris. "Je vous dirai dans les tout prochains jours comment je mènerai cette bataille", a déclaré l'ex-candidat à la présidentielle dans son discours salle Wagram devant ses 550 candidats investis.

Vous êtes à nouveau en ligne