CARTE. Législatives : la France du vote Front national au premier tour

CARTE. Législatives : la France du vote Front national au premier tour
CARTE. Législatives : la France du vote Front national au premier tour (NICOLAS ENAULT / CARTO)

Le Front national réalise un score en deçà de ses attentes avec 13,2% de ses voix. Avec une projection en sièges entre 1 et 5 députés, le parti de Marine Le Pen ne serait pas en mesure d'obtenir un groupe à l'Assemblée.

Le vote front national
  • 0,91
  • 46,02

Douche froide pour le Front national. A l'issue du premier tour des élections législatives, dimanche 11 juin, le parti de Marine Le Pen obtient 13,2% des voix, derrière l'alliance LREM-MoDem (32,32%) et le bloc LR-UDI (21,2%). Le FN est même battu de peu par le bloc composé de La France insoumise et du PCF (13,74%).

>> Suivez en direct toutes les réactions à l'issue du premier tour

Face au mouvement d'Emmanuel Macron, qui se dirige vers une majorité absolue à l'Assemblée nationale, le FN aura du mal à peser avec entre 1 et 5 sièges, selon la projection Ipsos/ Sopra Steria pour France Télévisions et Radio France*Cette dernière prévoit entre 415 à 455 sièges à LREM, devant l'alliance LR-UDI (entre 70 à 110 sièges) et la gauche de gouvernement (PS-PRG-EELV-DVG) qui obtiendrait entre 20 et 30 sièges.

"Il n'y a pas 577 Marine Le Pen en France"

Le Front national peut toujours compter sur ses bastions au Nord et à l'Est, sur le pourtour méditerranéen et dans vallée du Rhône, mais perd clairement du terrain par rapport à la présidentielle. "Le Front national comme La France insoumise n'arrivent pas à contester le leadership d'En marche", observe pour franceinfo Martial Foucault, directeur du Cevipof, le centre de recherche en sciences politiques de Sciences Po, "ce sont des partis politiques qui ont construit des destins autour d'un figure charismatique, mais il n'y a pas 577 Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélenchon en France." 

L'abstention pénalise aussi le Front national, selon le politologue Alexis Massart, joint par franceinfo : "Quand on regarde la carte de l'abstention, on voit bien que les zones les plus touchées sont souvent les plus populaires." Le politologue pense que la déception des électeurs frontistes après la présidentielle a pu démobiliser cet électorat. "Résultat, le FN est le parti qui perd le plus ce soir. En nombre de sièges, ils vont stagner et, sans groupe à l'Assemblée, ils n'auront aucun moyen pour peser", ajoute Alexis Massart.

*Estimation Ipsos/Sopra Steria pour France Télévisions, Radio France, "Le Point", France 24 et LCP-AN.