CARTE AVANT/APRES. Législatives : le PS n'est en mesure de se maintenir que dans 65 circonscriptions, contre 416 en 2012

Il y a seulement 65 députés PS qualifiés en 2017 pour le second tour des élections législatives, alors qu\'en 2012, il y avait 416 socialistes qualifiés. 
Il y a seulement 65 députés PS qualifiés en 2017 pour le second tour des élections législatives, alors qu'en 2012, il y avait 416 socialistes qualifiés.  (NICOLAS ENAULT / CARTO)

Le Parti socialiste réalise son pire score aux élections législatives depuis sa création. Avec 7,44%, le PS ne parvient à qualifier que 65 candidats au second tour.

Gif PS 2012 VS 2017
Gif PS 2012 VS 2017 (NICOLAS ENAULT / CARTO)

Sale temps pour les socialistes. Le Parti socialiste est réduit à une peau de chagrin après le premier tour des élections législatives, dimanche 11 juin. Le PS a obtenu 7,44% des voix, très loin des 29,35% des élections législatives de 2012. Plus inquiétant pour Jean-Christophe Cambadélis et les siens, la projection réalisée par Ipsos/Sopra Steria* accorde de 20 à 30 sièges au PS et à ses alliés, soit environ dix fois moins que les 280 députés de 2012.

>> Suivez en direct les réactions au lendemain des résultats du premier tour

Six fois moins de candidats PS qualifiés

Le faible nombre de députés PS en capacité de l'emporter s'explique tout simplement par le petit nombre de socialistes qualifiés pour le second tour. Alors qu'ils étaient 416 en 2012, ils ne sont que 65 en 2017, soit six fois moins. Le Parti socialiste est laminé dans de nombreux territoires, y compris sur ses bastions habituels. Symbole de la déroute, plusieurs ténors du PS, comme Benoît Hamon ou Jean-Christophe Cambadélis, sont éliminés.

"Quand on regarde la Haute-Garonne, les Landes, la Nièvre, l'Allier... toutes ces terres socialistes sont sur le point de passer à En marche !" observe pour franceinfo Martial Foucault, directeur du Cevipof, le Centre de recherche en sciences politiques de Sciences Po, "ça ne veut pas dire que le peuple de gauche n'existe plus, mais il s'est détourné soit vers une gauche sociale-démocrate soit vers une gauche plus radicale"

* Estimation Ipsos/Sopra Steria pour France Télévisions, Radio France, "Le Point", France 24 et LCP-AN.