Législatives : les Français très partagés sur l'obtention d'une forte majorité par La République en marche

Séance à l\'Assemblée nationale le 31 janvier 2017. 
Séance à l'Assemblée nationale le 31 janvier 2017.  (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

Les résultats des élections législatives divisent les Français : selon notre sondage  Ipsos/Sopra Steria, la moitié d'entre eux approuve l'obtention par LREM d'une large majorité, tandis que l'autre moitié estime que "c'est une mauvaise chose".

Les Français sont très partagés sur l'obtention d'une forte majorité à l'Assemblée nationale par La République en marche. Selon un sondage Ipsos/Sopra Steria* pour franceinfo publié dimanche 19 juin à 20h, 51% des Français estiment que "c'est une mauvaise chose", tandis que 49% d'entre eux pensent "c'est une bonne chose".

Dans le détail, ce sont les sympathisants de La France insoumise (74% d'avis négatifs) et du Front national (80%) qui se montrent les plus sceptiques. 69% des sympathisants du parti Les Républicains estiment eux aussi que c'est une mauvaise chose.

Les sympathisants de gauche partagés

Les sympathisants de gauche, y compris du Parti socialiste, sont plus partagés : 53% d'entre eux voient d'un mauvais œil une forte majorité de La République en marche à l'Assemblée nationale.

Logiquement, ce sont les sympathisants de La République en marche et du MoDem qui sont les plus satisfaits par les résultats : 95% d'entre pensent que c'est une bonne chose.

Record historique pour l'abstention

Toujours selon cette enquête, six Français sur dix estiment que le clivage gauche-droite "n'a plus de sens" et qu'"il faut passer à autre chose". Et si 56% des sondés ne se disent "pas complètement convaincus" par les annonces et les premières actions d'Emmanuel Macron et du gouvernement, ils disent "qu'il faut leur laisser une chance".

L'autre enseignement de ce sondage concerne l'abstention, qui a encore atteint un record historique : ceux qui ne sont pas allés voter l'ont fait soit parce que "les femmes et les hommes politiques les ont trop déçus" (24%), soit parce qu'"aucun candidat présent au second tour ne correspondait à leurs idées" (21%). De nombreux abstentionnistes ont également considéré que leur vote n'allait "rien changer", car La République en marche était "assurée de gagner" (18%).

*Enquête réalisée en ligne du 15 au 17 juin auprès de 4 056 personnes inscrites sur les listes électorales, constituant un échantillon national représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Vous êtes à nouveau en ligne