VIDEO. Européennes : l'accord de libre-échange UE-Etats-Unis, c'est pas si simple

CHRISTOPHE RAUZY / FRANCETV INFO

Deuxième volet de notre série sur les programmes des partis, avec le Parti de gauche. Sa cible numéro un, le "Grand marché transatlantique", n'est pas encore le cheval de Troie américain dénoncé par Jean-Luc Mélenchon.

Pour ces élections européennes, Jean-Luc Mélenchon et ses troupes ont trouvé leur épouvantail : le poulet au chlore. Lundi 12 mai, des membres de l'équipe de campagne de la tête de liste Front de gauche en Ile-de-France ont plongé dans des piscines parisiennes revêtus de costumes de poulet pour dénoncer la vente de volailles élevées aux Etats-Unis, où la désinfection des volailles au chlore est autorisée.

Dans leur ligne de mire : l'accord de libre-échange Europe-Etats-Unis, censé être ratifié en 2015 et actuellement en cours de discussion. Le Parti de gauche dénonce depuis longtemps cet accord, aujourd'hui appelé Tafta (ou TTIP en anglais), discuté dans une certaine opacité entre Washington et Bruxelles.

La Commission défend le futur traité

Ce que craint le coprésident du parti, Jean-Luc Mélenchon, c'est de voir les Etats-Unis imposer leurs normes à l'Europe. Il craint surtout un des points de discussion de l'accord : celui qui concerne la mise en place d'un tribunal arbitral permettant aux grandes entreprises d'attaquer les Etats pour non-respect des règles du libre-échange.

La Commission européenne, qui gère les négociations, défend ce futur traité et affirme que la protection des normes européennes en matière de protection sociale et environnementale sera garantie. Elle rappelle également qu'au final, c'est le Parlement européen qui approuvera l'accord. Comme l'explique francetv info en images, le secret des discussions empêchent pour le moment de mesurer les risques liés à ce traité.

Vous êtes à nouveau en ligne