VIDEO. Benoît Hamon : "L'Europe, c'est une promesse non tenue"

RTL

Le ministre de l'Education nationale se dit "déçu" par les choix opérés par les libéraux et les conservateurs à Bruxelles et à Strasbourg.

Lorsque Benoît Hamon évoque la question européenne, il soupire. "Je suis déçu", a déclaré le ministre de l'Education, invité de RTL, mardi 20 mai, à cinq jours des élections européennes. "L'Europe c'est une attente déçue, c'est une promesse non tenue", a regretté le socialiste, un des ténors de l'aile gauche du PS.

Mais il ne s'agit pas de dénigrer l'Union européenne en elle-même, mais plutôt ses choix, ceux opérés par la majorité sortante au Parlement européen qui doit être renouvelé le 25 mai. La faute à "ceux qui, aujourd'hui, font les choix : la majorité libérale et conservatrice qui fait les choix au Parlement européen."

"On fera d'autres choix"

Pour le ministre français, la solution est donc de faire basculer cette majorité dans le camp des sociaux-démocrates, représentés par l'Allemand Martin Schulz, candidat à la présidence de la Commission européenne.

"Si Martin Schulz est président de la Commission européenne, on fera d'autres choix" assure Benoît Hamon évoquant tour à tour "la convergence sociale", "un smic européen", et une plus grande "régulation du marché intérieur". Il y oppose le passif de Jean-Claude Juncker, candidat de la droite et ancien Premier ministre de Luxembourg,"le dernier pays qui a résisté au moment de remettre en cause le secret bancaire".

Vous êtes à nouveau en ligne