Les sujets du jour
Sommet du G7AmazonieBrexitHong KongMigrantsVacances

"Schiappa, on est venu te crever !" : la secrétaire d'Etat dénonce l'irruption de "gilets jaunes" en pleine nuit devant son domicile

Post sur le compte Facebook de Marlène Schiappa, le 27 mai 2019. (CAPTURE D'ÉCRAN)

Une quarantaine de "gilets jaunes" ont fait irruption devant le domicile de Marlène Schiappa, dans la nuit de vendredi à samedi. La secrétaire d'Etat chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes témoigne sur franceinfo.

Une quarantaine de "gilets jaunes" ont fait irruption devant le domicile de Marlène Schiappa au Mans (Sarthe), dans la nuit de vendredi à samedi. Ils étaient "furieux", et criaient "Schiappa, on est venu te crever !", raconte la secrétaire d'Etat chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes. "On a clairement franchi une ligne rouge" déplore-t-elle sur franceinfo, lundi 27 mai.

La Secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations va porter plainte, regrettant que sa famille ait été mêlée à cet incident. "Moi, je peux subir un certain nombre de menaces dans le débat public, dont je ne fais pas toujours état, j'ai une forme de résistance et de résilience. Mais quand trois fillettes entendent une quarantaine de personnes crier qu'elles vont tuer leur mère, viennent la chercher, vous imaginez la panique chez les enfants. C'est une situation traumatisante."

"Ils se sont mis à hurler des menaces de mort"

"Nous étions en famille avec mes enfants et mon mari, et une amie de ma fille cadette en train de dormir, dans la nuit de vendredi à samedi, raconte Marlène Schiappa à franceinfo. Peu avant une heure du matin, une quarantaine de 'gilets jaunes' agressifs, munis pour certains d'outils, de pétards, se sont mis à hurler des menaces de mort, à taper à la porte, à jeter des pétards vers la maison, de façon extrêmement violente et menaçante après avoir dégradé et tagué les environs."

Marlène Schiappa a révélé l'incident lundi 27 mai sur son compte Facebook, dans un post, décrivant "des événements qui sont allés beaucoup trop loin dans l’inhumanité".

Selon Marlène Schiappa, il s'agissait bien de "gilets jaunes" : "Ils portaient pour certains des gilets jaunes, se sont présentés comme tels, ont collé des affiches sur la maison, ils ont tagué 'gilets jaunes' sur la chaussée", décrit-t-elle sur franceinfo.

"Ligne rouge"

"C'est une intrusion intolérable dans la vie familiale que de s'en prendre, de façon très lâche, en pleine nuit à une famille, a encore dénoncé la ministre. Il n'y a rien dans le débat public qui justifie la violence en général, mais là on a clairement franchi une ligne rouge." Cette "ligne rouge", pour Marlène Schiappa, a toujours été "très claire", assure-t-elle : "C'est la vie familiale et les enfants. Je n'étais pas dans l'exercice de ma fonction."

Marlène Schiappa dénonce aussi la lâcheté de ses agresseurs, qui seraient partis juste avant l'arrivée de la police, quand son mari est sorti de la maison pour leur faire face. "Quand ils se sont aperçus que mon mari était là, ils ont finalement décidé de partir. Terroriser une femme avec des enfants apparemment, ils trouvaient ça amusant. Un peu moins amusant lorsqu'ils se sont aperçus que je n'étais pas seule."