S'adonner au "revenge porn" n'empêche pas de se présenter aux européennes (enfin, à Malte)

Un candidat maltais aux européennes a été condamné, le 8 mai 2014, pour avoir diffusé des images pornographiques de son ancien petit ami. 
Un candidat maltais aux européennes a été condamné, le 8 mai 2014, pour avoir diffusé des images pornographiques de son ancien petit ami.  (ATOMIC IMAGERY / GETTY IMAGES)

Un candidat du parti travailliste maltais a été condamné à deux ans de prison avec sursis pour avoir diffusé des vidéos compromettantes de son ancien petit ami. 

Voilà qui pimente la campagne pour les élections européennes à Malte, le plus petit pays de l'Union européenne (408 000 habitants). Cyrus Engerer, jeune candidat pour le Parti travailliste (dans le groupe S&D du PS français), en tête des sondages dans le pays, a été condamné, jeudi 8 mai en appel, à deux ans de prison avec sursis pour s'être adonné au "revenge porn"

Selon le site du quotidien Malta Today (en anglais), le candidat a été reconnu coupable d'avoir conservé et fait circuler sur internet des photos pornographiques de son ancien petit ami. Plusieurs de ces clichés ont été envoyés par e-mail à des collègues, juste après la rupture. Cyrus Engerer, qui avait été acquitté en première instance, a également été condamné pour avoir copié des données depuis l'ordinateur de son ex. 

Il retire sa candidature

En pleine campagne pour les européennes, Cyrus Engerer a indiqué, après l'annonce de sa condamnation, qu'il retirait sa candidature "pour ne pas nuire au Parti travailliste ou au Premier ministre", relève Malta Today.

Rien ne l'obligeait pourtant à se mettre en retrait. En mars, une série d'amendements à la Constitution et à des lois concernant le droit de vote a autorisé les personnes ayant écopé d'une peine avec sursis à voter et à se présenter aux élections, comme c'est le cas dans de nombreux pays européens, comme la France. Une pratique jusque-là interdite à Malte.