Résultats européennes : "Benoît Hamon va se mettre en retrait", assure son bras droit

Benoît Hamon, lors de son vote pour les élections européennes, à Trappes (Yvelines), le 26 mai 2019.
Benoît Hamon, lors de son vote pour les élections européennes, à Trappes (Yvelines), le 26 mai 2019. (LUCAS BARIOULET / AFP)

"Il en a besoin pour des raisons personnelles et professionnelles. Il ne va plus porter la parole du collectif pendant un bout de temps", affirme Guillaume Balas, coordinateur national de Génération.s.

Alors que sa liste n'a obtenu que 3,27% des voix aux élections européennes, Benoît Hamon, "va se mettre en retrait et ne va plus parler à la presse pendant longtemps", annonce lundi 27 mai son bras droit, Guillaume Balas, coordinateur national de Génération.s. 

>> Suivez en direct les dernières informations au lendemain des élections européennes

L'ancien socialiste "n'a peut-être pas envie, là dans les moments qui viennent, d'être aux avant-postes du débat politique", détaille à franceinfo Guillaume Balas. "Mais nous sommes un mouvement collectif, lui a besoin de se poser, de réfléchir après ses trois ans d'activités politiques intenses pour essayer de voir ce qui a marché, ce qui a moins bien marché et il va le prendre", a conclu Guillaume Balas.

"Il ne s'agit pas d'un retrait dans le sens d'un retrait de la vie politique"

Interrogé par franceinfo, Bastien Recher, trésorier de Génération.s, précise qu'"il ne s'agit pas d'un retrait dans le sens d'un retrait de la vie politique, mais Benoît Hamon va prendre un peu de champ. La séquence qui s'annonce, c'est la préparation des municipales et Benoît Hamon ne sera pas candidat aux municipales. Il va plutôt être un facilitateur de projet." Selon Bastien Recher, il pourrait notamment être utile "pour empêcher de personnifier le débat de la présidentielle" et pourrait jouer un rôle dans l'union de la "gauche et des écolos contre Macron"

L'ancien ministre de l'Education, qui avait quitté le PS et fondé son mouvement le 1er juillet 2017, après son échec à la présidentielle (6,36%), a fondé une société de conseil spécialisée dans l'Economie sociale et solidaire. "Il veut s'y plonger", précise Guillaume Balas.

Vous êtes à nouveau en ligne