La Lituanie attire les entreprises européennes, mais perd ses jeunes

France 3

La Lituanie est petit membre de l'UE avec trois millions d'habitants. Son adhésion à la zone euro a donné un coup de fouet à l'économie, mais les jeunes quittent le pays, provoquant une pénurie de main-d’œuvre.

Philippe Berthaud a posé ses valises il y a vingt ans à Vilnius, capitale de la Lituanie, à la frontière de l'UE avec la Biélorussie. Ce Français dirige un groupe mondial de textile, PHB Group, qui conçoit des vêtements plutôt haut de gamme pour les grandes marques de sportswear. S'il a investi en Lituanie, c'est pour produire quatre fois moins cher qu'en France. Des coûts très bas, une fiscalité faible et des salariés très bien formés.

Un quart des Lituaniens a émigré

Dans les bureaux, toutes ses employées parlent au minimum trois langues. Le groupe a également délocalisé en Asie et au Maghreb, mais garder un pied dans l'UE est essentiel pour éviter les barrières douanières. À Vilnius, des quartiers d'affaires sont sortis de terre. La Lituanie joue la carte de la modernité. Revers de la médaille : le pays n'arrive pas à retenir ses jeunes talents. Conséquence : certaines entreprises n'arrivent plus à trouver de salariés et sont contraintes de faire appel à de la main-d’œuvre venue d'Ukraine notamment. Le rattrapage des salaires est encore trop lent pour enrayer ce déclin. En trente ans, la Lituanie a perdu un quart de sa population.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne