Européennes : LREM s'attend à des attaques contre Nathalie Loiseau et à une "campagne violente"

Nathalie Loiseau, alors ministre des Affaires européennes, à l\'Elysée, à Paris, le 20 mars 2019.
Nathalie Loiseau, alors ministre des Affaires européennes, à l'Elysée, à Paris, le 20 mars 2019. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Dans une interview au "Parisien" samedi, Stéphane Séjourné, directeur de campagne, défend la cohérence de la liste d'investiture du parti de la majorité.

"La campagne sera violente. On s'y attend." Alors que Nathalie Loiseau donne le coup d'envoi de la campagne de La République en marche et de ses alliés pour les européennes, samedi 30 mars, lors d'un meeting à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), son directeur de campagne, Stéphane Séjourné, dit s'attendre, dans Le Parisien, à ce que la tête de liste soit "attaquée".

"Les oppositions vont forcément chercher à nous déstabiliser", pronostique-t-il dans le quotidien, après les critiques sur les anciens propos de l'ex-ministre des Affaires européennes, où elle légitimait le port du voile par les musulmanes

Nathalie Loiseau va tenter de démontrer aux 3 000 personnes attendues aux Docks de Paris, à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) sa capacité à dépasser son image de technocrate et endosser les habits d'une tête de liste.

"Une partie de la classe politique joue avec la peur de la mondialisation"

Selon un sondage Elabe diffusé mercredi, la liste LREM aborde l'échéance au coude-à-coude avec celle du Rassemblement national, autour des 22% d'intentions de vote. "C'est le révélateur d'une recomposition politique qui touche le monde entier, souligne Stéphane Séjourné. Une partie de la classe politique joue avec la peur de la mondialisation, en demandant moins d'Europe et qu'on se recroqueville sur nos frontières nationales."

A ceux qui dépeignent la liste de LREM comme "fourre-tout" et "caméléon", Stéphane Séjourné répond que "cette liste est au contraire la plus cohérente". "Le PS et Les Républicains ont des colistiers qui ne sont pas d'accord entre eux sur leur conception de l'Europe", estime-t-il, y allant du même coup d'un tacle envers Raphaël Glucksmann, la tête de liste soutenue par le PS, en le qualifiant de "libéral bobo repenti"

Le directeur de campagne LREM précise également le programme du parti de la majorité sera dévoilé dans la deuxième quinzaine d'avril. 

Vous êtes à nouveau en ligne