Résultats européennes 2019 : le parti du Brexit de Nigel Farage arrive largement en tête au Royaume-Uni

Le leader du Parti du Brexit, Nigel Farage, en campagne pour les élections européennes, le 13 mai 2019 à Pontefract, dans le comté du Yorkshire de l\'ouest, en Angleterre (Royaume-Uni). 
Le leader du Parti du Brexit, Nigel Farage, en campagne pour les élections européennes, le 13 mai 2019 à Pontefract, dans le comté du Yorkshire de l'ouest, en Angleterre (Royaume-Uni).  (OLI SCARFF / AFP)

Le jeune Brexit Party, mené par le député européen Nigel Farage, l'emporte avec des 31,6% des votes outre-Manche, selon les résultats définitifs. 

Après plusieurs semaines, voire plusieurs mois d'incertitude, les élections européennes se sont finalement tenues au Royaume-Uni. Annoncé officiellement par le gouvernement britannique le 7 mai, le scrutin, centré autour de la question du Brexit, se solde par une victoire incontestable du Parti du Brexit (Brexit Party, en anglais), dimanche 26 mai, selon les résultats officiels transmis au Parlement européen.

>> Elections européennes : découvrez les résultats et les réactions en direct

Le jeune parti du député européen Nigel Farage l'emporte avec 31,6% des voix et 29 sièges, selon les resultats définitis. Ils balayent ainsi les conservateurs au pouvoir et l'opposition travailliste, qui obtiennent respectivement 8,7% et 14,1% des votes. L'abstention est élevée, atteignant 63%, contre 64,4% en 2014.

Quels étaient les enjeux du scrutin ?

La tenue même des élections européennes cette année au Royaume-Uni est longtemps restée incertaine, tant la date de sortie effective du pays de l'UE a été, elle aussi, instable. La Première ministre britannique, Theresa May, espérait pouvoir trouver un accord sur le Brexit avec les parlementaires et ainsi annuler l'organisation de ce scrutin. Mais l'échéance pour le Brexit est passée du 29 mars au 12 avril, puis a finalement été repoussée au 31 octobre au plus tard, rendant alors possible l'organisation du scrutin européen sur le territoire britannique. 

La campagne des européennes, menée sur une période assez courte, s'est largement focalisée sur cette question de la sortie de l'UE. Le Brexit Party de Nigel Farage, né en janvier après son départ du parti pour l'indépendance du Royaume-Uni (Ukip), et actif depuis avril d'après La Croix, en a ainsi pleinement profité. 

Un sondage Opinium pour The Observer, publié le 12 mai, le plaçait en tête avec 34% des voix, dominant de loin le Parti travailliste (21%) et le Parti conservateur (11%). Une autre enquête d'opinion, menée par ComRes pour le Sunday Telegraph, donnait le parti de Nigel Farage gagnant avec 27% des voix et 49 sièges au Parlement européen, suivi de près par le Labour (25%), et loin devant les Tories (13%). 

Si le Brexit est bien acté avant le 31 octobre, les résultats de ce scrutin européen au Royaume-Uni auront peu d'impact pour l'Union européenne, le pays la quittant bientôt. L'enjeu était surtout national, pour les pro comme pour les anti-Brexit. Récemment, Nigel Farage déclarait à la BBC qu'en cas de victoire, il tenait à "exiger que les députés européens du Parti du Brexit intègrent l'équipe de négociation du gouvernement" sur le départ du Royaume-Uni de l'UE. Le succès incontestable de son parti renforce le poids des pro-Brexit dans le pays, et la capacité de négociation de Nigel Farage.

Quels sont les résultats ? 

Le Parti du Brexit recueille ainsi 31,6% des voix, et décroche 29 sièges au Parlement européen, contre 24 pour le Ukip en 2014. Les Démocrates libéraux, ou LibDem, arrivent deuxième et recueillent 18,5% des votes et 16 sièges. Ils devancent l'opposition travailliste dirigée par Jeremy Corbyn, qui obtient 14,1% des votes et 10 sièges dans l'hémicycle européen, contre 20 en 2014. Loin derrière, les conservateurs de Theresa May essuient une défaite cinglante en ne recueillant que 8,7% des votes, et en obtenant ainsi seulement 4 sièges, contre 19 en 2014.

Les conservateurs sont devancés par les Verts, qui arrivent quatrièmes avec 11,1% des voix et 7 sièges. Change UK-The Independent Group décroche 2,9% des votes. Un résultat qui ne lui permet pas d'obtenir de sièges au Parlement européen.

Vainqueur des élections européennes de 2014, l'ancien parti eurosceptique de Nigel Farage, le Ukip, est décimé par son concurrent, le Parti du Brexit. Il obtient un score très faible avec seulement 3,3% des votes, et aucun siège en conséquence.  

Quelles sont les personnalités élues ?

Sans surprise, Nigel Farage, tête de liste du Brexit Party dans la circonscription du sud-est du Royaume-Uni, remporte largement le siège qu'il tient au Parlement européen depuis 1999. Claire Fox, sa tête de liste dans la circonscription du nord-ouest, est également élue. Le parcours de cette dernière est surprenant : cette auteure, libertaire, est une ancienne membre du Parti communiste révolutionnaire qui s'était opposée à l'accord de paix du Vendredi saint en Irlande du Nord, relève le Guardian (article en anglais)

Mais ces eurodéputés britanniques fraîchement élus siégeront-ils au Parlement européen ? Comme le rappelle RTL, il est possible qu'ils ne mettent pas les pieds dans l'hémicycle de Strasbourg si un accord sur le Brexit est conclu avant le 2 juillet, date de la première session plénière du Parlement européen. Un nouveau vote des parlementaires sur le Brexit, début juin, précisera l'avenir encore bien incertain de ces députés européens.

Que faut-il retenir de ces élections outre-Manche ?

C'est une nouvelle victoire pour Nigel Farage et son camp pro-Brexit et europhobe, mais cette fois-ci avec un parti différent. Le député européen, avec le Ukip, avait obtenu 26,77% des voix lors du scrutin européen de 2014. Il fait ainsi même mieux qu'il y a cinq ans. En arrivant une nouvelle fois en tête, et cette fois largement, l'eurosceptique confirme son poids sur la scène politique britannique. 

Les travaillistes, qui espéraient rassembler pro et anti-Brexit pour ce scrutin, sortent affaiblis : ils avaient obtenu 24,74% des voix en 2014. Mais la défaite est encore plus lourde pour le parti de Theresa May, troisième en 2014 avec 23,31% des voix, comme le rappelle le site du Parlement européen. Sans compter que les conservateurs ont déjà été en difficulté lors des élections locales, début mai – ils y ont perdu plus de 1 000 élus. 

Vous êtes à nouveau en ligne