Élections : un smic européen est-il réalisable ?

FRANCE 2

Plusieurs candidats, dont Ian Brossat, tête de liste du Parti communiste, souhaitent mettre en place un smic européen.

Plusieurs candidats aux élections européennes dimanche 26 mai défendent l'idée d'un salaire minimum européen. En Europe, six pays n'ont pas du tout de salaire minimum comme en Italie. À Rome, les passants interrogés sont pour un salaire minimum. 22 pays disposent en revanche d'un salaire minimum. Le plus faible est celui de Bulgarie, à 286 € et le plus élevé se trouve au Luxembourg, avec 2 071 €. En France et en Allemagne, il dépasse les 1 500 € brut. À Berlin (Allemagne), l'idée d'une harmonisation des salaires minimum divise. Pour Pierre Cahuc, économiste, l'idée d'un salaire minimum européen est une fausse bonne idée. "Cela peut détruire des emplois et surtout pour réduire les inégalités, il y a d'autres moyens plus efficaces", explique-t-il.

Un smic européen "qui nous tire vers le haut"

Ian Brossat, candidat aux élections européennes pour le Parti communiste est, lui, favorable à un smic européen, à la condition "que cela nous tire vers le haut", précise-t-il sur le plateau du 13 Heures. Il rappelle que les députés européens touchent tous la même indemnité, peu importe leur nationalité, et "lorsqu'ils ont aligné, ils l'ont fait par le haut". Nathalie Loiseau pour LaREM, le PS et Place publique, La France insoumise, Génération.s, Europe Écologie les verts réclament également un smic commun en Europe. Ian Brossat propose un smic à 1 400 € net, "il faut pour cela aider davantage les petites entreprises", conclut-il.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne