VIDEO. Valls nie tout "calcul politicien" après avoir évoqué sa "peur" d'une victoire du FN

i-TELE

Les propos du Premier ministre lors d'un meeting à Bresles (Oise) ont déclenché une polémique dans l'opposition.

Manuel Valls s'est défendu lundi 9 mars au soir de tout "calcul politicien" après avoir évoqué sa "peur" de voir le FN gagner aux prochaines élections en France, appelant à ne pas "fuir" cette peur, mais à la "regarder en face" et à "combattre"

"Le courage en politique - comme dans la vie - c'est d'accepter cette peur et de la dépasser ! Il ne faut jamais fuir les sujets", a-t-il lancé lors d'un meeting de campagne pour les élections départementales PS à Bresles (Oise) près de Beauvais. "Je ne remiserai jamais mes convictions derrière je ne sais quel calcul politicien", a-t-il affirmé.

"Dire cela, ce n'est pas céder à la panique"

Les propos de Manuel Valls sur sa "peur" devant une victoire du Front national avaient provoqué de nombreux remous sur l'ensemble de l'échiquier politique, avec de vives critiques du FN et de l'UMP. Dans l'Oise, le Premier ministre a dénoncé lundi soir un débat "assez étrange".

"Certains se demandent si en en parlant, je ne fais pas le 'jeu', je mets des guillemets, du Front national (...). Mais, enfin ! L'extrême droite, elle est déjà au centre du débat, elle est même en tête des sondages (...) Et c'est pour cela qu'il faut sonner l'alerte", s'est-il justifié.

"Je ne veux pas pour mon avenir, pour nos enfants, nos petits-enfants, d'un avenir Front national !", a lancé le chef du gouvernement devant environ 400 personnes. "Dire cela, ce n'est pas céder à la panique, ce n'est pas céder à la peur", s'est-il défendu face aux critiques.

Vous êtes à nouveau en ligne