"Cela aurait pu être bien pire" : les socialistes de Haute-Garonne encaissent le coup après leur score aux européennes

Raphaël Glucksmann, le 6 avril 2019 à Toulouse.
Raphaël Glucksmann, le 6 avril 2019 à Toulouse. (PASCAL PAVANI / AFP)

Dimanche, à la fédération du PS de Haute-Garonne, des militants clairsemés se sont réunis pour commenter les résultats. En creux, la déception, avec des leçons à tirer pour les prochaines élections.

Dans la vieille maison socialiste, les militants étaient peu nombreux dimanche 26 mai devant l’écran géant de l’immense salle de réunion de la fédération du PS de Haute-Garonne, à Toulouse, pour commenter les résultats des élections européennes. La liste PS-Place publique conduite par Raphaël Glucksmann a obtenu 6,19% des voix. Les militants toulousains ont encaissé le coup de ce score faible, et sans se donner le mot, se sont pris à espérer d’un nouveau congrès d’Epinay pour les plus optimistes, ou d’une reconstruction d’une fédération de la gauche.

>> Résultats, réactions : suivez les dernières informations au lendemain des élections européennes

Déborah, jeune militante socialiste, veut rester positive : "Cela aurait pu être bien pire, mais on s’en sort bien, souffle-t-elle. Il y a eu des départs vers Génération.s [le mouvement de Benoît Hamon]… On fait à peu près le même score qu’aux présidentielles, avec des militants en moins."

Cela nous encourage à continuer, nous battre pour nos valeurs, revenir aux fondamentaux, sans oublier les combats sociaux et pour la démocratie.Déborahà franceinfo

Pierre, autre jeune militant, se désole d’une gauche éparpillée : "On peut regretter la fragmentation du vote à gauche : on ne peut pas se résoudre à voir que trois points par ci et là ne donnent rien. Il y a des leçons à tirer pour les prochaines élections. Par exemple, ceux qui sont partis à Génération.s nous ont quittés il y a peu : il faut les inviter à revenir à la maison." Et la reconstruction commence ici dès les prochaines municipales, avec une union de la gauche obligatoire pour envisager l’alternance dans la ville rose.

Les socialistes de Haute-Garonne encaissent le coup après leur score aux européennes - Stéphane Iglésis
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne