Attentats : "Tous ceux qui ont frappé la France depuis deux ans sont immigrés ou issus de l’immigration"

Le secrétaire général du Front national, Nicolas Bay, le 24 avril 2017.
Le secrétaire général du Front national, Nicolas Bay, le 24 avril 2017. (FRANCEINFO)

Le secrétaire général du FN Nicolas Bay a fait le lien entre les attentats et l'immigration, mercredi sur franceinfo. "Un amalgame dégueulasse", lui a répondu député Christophe Castaner, soutien d'Emmanuel Macron.  

Invités à débattre sur franceinfo mercredi 26 avril, le secrétaire général du FN, Nicolas Bay, et le député Christophe Castaner, proche d'Emmanuel Macron, se sont opposés sur la question de la lutte contre le terrorisme.

Macron "faiblard" sur la lutte contre le terrorisme

Nicolas Bay a estimé qu'Emmanuel Macron était "faiblard" sur la question de la lutte contre le terrorisme parce qu'il "nous dit qu'il faut s'habituer à vivre avec le terrorisme." Pour le secrétaire général du FN, "c'est un aveu d'impuissance politique et d'absence de volontarisme politique pour résoudre les problèmes fondamentaux des Français." Nicolas Bay a ajouté que "tous ceux qui ont frappé la France depuis deux ans sont immigrés ou issus de l’immigration, tous ont été bénéficiaires dans notre pays." 

C’est interdit de constater que l’immigration génère aussi sur notre sol, non seulement de la délinquance et de la criminalité, mais aussi du terrorisme ?Nicolas Bay, secrétaire général du FNà franceinfo

Un lien "dégueulasse" avec le terrorisme 

Des propos qui ont fait réagir Christophe Castaner. "Les amalgames, la stigmatisation... Moi aussi je suis le fruit de l'immigration et je crois qu'autour de cette table, nous sommes nombreux à l'être aussi, a répondu le député. Faire ce lien avec le terrorisme, je vous le dis, c'est dégueulasse."

Ceux, aujourd’hui, qui stigmatisent systématiquement l’autre, l’étranger, sèment des graines qui vont amener à des tensions et qui peuvent amener à la guerre.Christophe Castanerà franceinfo

"La récupération des actes terroristes, on l’a vu ces derniers jours, est certainement la pire des choses que l’on peut faire en politique", a-t-il ajouté, faisant référence aux déclarations de Marine Le Pen après l'attentat contre la police à Paris (la candidate FN avait déclaré : "Avec moi il n'y aurait pas eu d'attentat", dans un meeting suivant l'attaque).