Elections sénatoriales 2020

Les titres

La mairie de Buellas dans l\'Ain (Auvergne-Rhône-Alpes).

"Je pensais que des jeunes reprendraient le flambeau" : faute de maire élu, ces communes auront des délégués spéciaux

Deux personnes passent près d\'une affiche de la candidate Les Républicains pour la mairie à Marseille, Martine Vassal, le 21 janvier 2020.

Municipales : coup de théâtre à la marseillaise

Barbara Pompili, députée LREM de la Somme, invitée du 18H50 franceinfo, jeudi 2 juillet 2020.

Remaniement : Barbara Pompili attend "une prise en compte de ce sentiment qu'on ne peut pas négliger l'enjeu climatique, mais aussi l'enjeu de cohésion sociale"

L\'ancienne candidate LR à la mairie de Marseille Martine Vassal le 8 janvier 2020 à Paris.

Municipales 2020 à Marseille : la candidate LR Martine Vassal se retire de la course à la mairie, deux candidats en lice pour la remplacer

Tous les nouveaux élus des municipales seront rentrés en fonction d’ici le dimanche 5 juillet. À Saint-Point-Lac, dans le Doubs, c’est déjà le cas et c’est une exception en France : sur les neuf élus, huit sont des femmes, dont madame la maire qui a créé sa liste en plein confinement.

Doubs : Saint-Point-Lac a voté féminin

Le siège d\'Airbus à Toulouse (photo d\'illustration).

Élections municipales, Airbus, vélo... Les Unes de la presse quotidienne régionale

Emmanuel Macron, Edouard Philippe et Olivier Véran, le 24 mars 2020.

Après les municipales, une majorité de Français demande un changement de politique mais pas de Premier ministre, selon notre sondage

La candidate du Printemps marseillais Michèle Rubirola, vient d\'aller voter lors du deuxième tour des élections municipales, le 28 juin 2020, à Marseille (Bouches-du-Rhône). 

Municipales à Marseille : tractations en coulisses

Grégory Doucet, nouveau maire écologiste de Lyon (Rhône), le 28 juin 2020 au soir du second tour des élections municipales.

Pour le nouveau maire écologiste de Lyon Grégory Doucet, "il faut arrêter" la LGV Lyon-Turin

Marlène Schiappa, secrétaire d\'État chargée de l\'égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations était l\'invitée du \"8h30 franceinfo\", jeudi 2 juillet 2020.

Violences sexuelles dans le sport, cas de harcèlement sur Tik Tok, municipales, remaniement... le "8h30 franceinfo" de Marlène Schiappa

Marlène Schiappa, le 2 juillet sur franceinfo.

VIDEO. Municipales : quand il y a cinq femmes avec "des responsabilités en politique, on a l'impression que c'est un tsunami", commente Marlène Schiappa

Nicolas Hulot, sur franceinfo, mercredi 29 janvier.

Municipales : "C'est la victoire de l'écologie qui va devenir un point pivot dans la reconstitution du paysage politique", selon Nicolas Hulot

Philippe Poutou, ex-candidat de l\'extrême-gauche à la présidentielle élu au conseil municipal de Bordeaux, (photo du 1er tour, le 15 mars 2020).

Philippe Poutou au conseil municipal de Bordeaux : d'"une ville réputée bourgeoise, on a réussi à faire la démonstration qu'elle était aussi populaire"

Léonore Moncond\'huy, nouvelle maire de Poitiers (Vienne), lors d\'une séance photo, le 29 juin 2020.

"C'est maintenant que ça commence" : on a suivi les premiers pas de la nouvelle maire écolo de Poitiers, Léonore Moncond'huy

Ségolène Royal à l\'Elysée, le 2 mai 2017.

Ségolène Royal se dit une nouvelle fois prête "à mener la bataille" de 2022

De g. à dr. sur notre montage photo, les maires Jeanne Barseghian (Strasbourg), Jean-Luc Moudenc (Toulouse), Anne Hidago (Paris), Edouard Philippe (Le Havre) et Louis Aliot (Perpignan).

INFOGRAPHIES. Municipales 2020 : tous les partis revendiquent la victoire, mais qui a vraiment gagné les élections ?

Sylvine Thomassin, maire socialiste sortante de Bondy, n\'a pas été réélue dimanche 28 juin 2020.

Municipales à Bondy : la maire sortante dépose un recours pour contester sa défaite

Le président de l\'Assemblée nationale Richard Ferrand et le président du Sénat, Gérard Larcher.

Crise économique : les présidents du Sénat, de l'Assemblée nationale et du CESE remettront, jeudi 2 juillet, leurs propositions à Emmanuel Macron

L\'hôtel de ville de Châlons-en-Champagne (Marne).

"Beaucoup de paroles et peu d'actes" : entre désillusion et peur du coronavirus, l'abstention a atteint des sommets à Châlons-en-Champagne

Scène de dépouillement le 28 juin 2020 à Toulouse après le second tour des élections municipales.

Municipales 2020 : les habitants de Brebières, dans le Pas-de-Calais, ont-ils élu un maire RN sans le savoir ?

Le nouveau maire EELV de Bordeaux, Pierre Hurmic, devant l\'Hôtel de Ville de la commune, le 29 juin 2020.

Bordeaux : le nouveau maire, Pierre Hurmic, pense aller "vers une interdiction" de la voiture

Alexis Corbière, invité de franceinfo mercredi 1er juillet 2020.

VIDEO. Election présidentielle : une candidature qui "remobilise les classes populaires", un "enjeu stratégique" pour Alexis Corbière

Affiches de campagne des municipales 2020 à Marseille.

"Les clés, c'est elle qui les tient" : à Marseille, les électeurs de Samia Ghali face au casse-tête du "3e tour" des municipales

Xavier Bertrand, président (ex-LR) du conseil régional des Hauts-de-France, le 14 juin 2020.

Report des élections régionales : Emmanuel Macron "n'a pas envie de se prendre une raclée à un an de la présidentielle", estime Xavier Bertrand

Le Premier ministre Edouard Philippe et le ministre de l\'intérieur Christophe Castaner.

INFO FRANCEINFO. Le remaniement gouvernemental aura lieu avant mercredi 8 juillet

Scène de dépouillement le 28 juin 2020 à Toulouse après le second tour des élections municipales.

Municipales : jusqu’à 90% d’abstention dans certaines villes

Fabien Roussel, secrétaire national du PCF, invité du 18h50 franceinfo, le mardi 30 juin 2020.

"Le coronavirus est le partenaire officiel du Medef et des grandes multinationales" car il leur sert de "prétexte" pour supprimer des emplois, affirme le chef du PCF

Emmanuel Macron suivi de son Premier ministre, Edouard Philippe, lors de la rencontre avec les membres de la Convention citoyenne pour le climat, le 29 juin 2020, à Paris.

Comment Emmanuel Macron peut-il remanier son gouvernement pour "verdir" la fin de son quinquennat ?

Élections municipales, Fessenheim, François Fillon : la revue de presse de France Télévisions

Élections municipales, Fessenheim, François Fillon : la revue de presse de France Télévisions

12345678910532

Enjeux des municipales 2020 en plein coronavirus

Les élections municipales de 2020 se déroulent dans un contexte de crise sanitaire avec l'épidémie de Covid-19. Si le premier tour s'est bien tenu le 15 mars, le second tour, qui devait être organisé le dimanche suivant, le 22 mars, a finalement été reporté au 28 juin. Dans les quelque 5 000 communes françaises qui n'ont pas élu leur conseil municipal dès le premier tour, les candidats font campagne à distance, en évitant les grandes réunions publiques et les poignées de main. L'abstention, forte au premier tour (plus de 55%), est un enjeu pour le second tour.

Le parti macroniste, La République en marche (LREM), a été défait de justesse aux élections européennes de 2019. Il a obtenu 22,4% des suffrages, contre 23,3% pour le Rassemblement national (RN). Les élections municipales constituent un enjeu majeur pour le jeune mouvement d’Emmanuel Macron : s’implanter localement et, par ricochet, ravir des villes à la droite et à la gauche. En somme, continuer à affaiblir les partis traditionnels.

Les résultats du premier tour n'ont toutefois pas tourné à leur avantage et LREM fait face à des cas épineux. A Lyon, Gérard Collomb s'est allié à LR au second tour. A Paris, Benjamin Griveaux a dû renoncer après la publication en ligne d'une vidéo intime. Sa remplaçante, l'ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn, doit composer avec la candidature dissidente de Cédric Villani, alors que la socialiste Anne Hidalgo compte bien rester en place. A Marseille, LREM a été écrasé au premier tour par une alliance de gauche menée par Michèle Rubirola Blanc et par la candidate des Républicains, Martine Vassal, qui succède au maire sortant Jean-Claude Gaudin. 

La droite, qui avait conquis de nombreuses villes en 2014, espère se maintenir. Elle a obtenu un score historiquement faible (8,48%) lors du scrutin européen. Et le parti Les Républicains (LR) traverse une crise profonde depuis la débâcle de François Fillon à la présidentielle. Soixante-douze maires de droite et du centre, à Angers (Maine-et-Loire), Tours (Indre-et-Loire), Orléans (Loiret), Amiens (Somme) ou encore Nancy (Meurthe-et-Moselle) ont décidé d'afficher leur soutien à l'action du gouvernement et à Emmanuel Macron. Ils ne se sont pas présentés sous l'étiquette LR. Le parti risque aussi de perdre des villes au profit d'une alliance entre les maires sortants et LREM.

Le Rassemblement national (RN) a de son côté fait de bons scores aux élections européennes à Marseille (Bouches-du-Rhône), Nice (Alpes-Maritimes), Reims (Marne) ou Toulon (Var). Mais il n'a jamais gagné d'élections locales, à quelques exceptions près, car le mode de scrutin à deux tours ne lui est pas favorable. Le parti dirigé par Marine Le Pen compte bien garder les villes qu'il a prises en 2014. Il pourrait néanmoins progresser dans des villes moyennes, dans le Nord ou le Sud-Est. Une seule grande ville semble être à sa portée : Perpignan, où le député Louis Aliot est arrivé en tête au premier tour.

Europe Ecologie-Les Verts (EELV) souhaite pour sa part surfer sur son succès aux européennes pour gagner quelques grandes villes comme Nantes, Paris ou Rennes.

Municipales 2014

Les élections municipales de 2014 ont donné lieu à une "vague bleue" : plus de 115 villes de 10 000 habitants ont en effet basculé de la gauche à la droite. La droite a conservé des grandes villes comme Marseille (Bouches-du-Rhône) mais aussi conquis Toulouse (Haute-Garonne), Angers (Maine-et-Loire), Quimper (Finistère), Brive-la-Gaillarde (Corrèze) ou encore La Roche-sur-Yon (Vendée). Le Parti socialiste (PS) a réussi à conserver Paris et à conquérir Avignon (Vaucluse) ou Douai (Nord), mais a perdu les mairies de Limoges ou encore Pau. Il s’est aussi fait ravir la mairie de Grenoble (Isère), remportée par le candidat EELV allié au Parti de gauche et à un collectif citoyen.

Le Front national a pris dix villes : Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), Béziers (Hérault), Fréjus (Var), Hayange (Moselle), Cogolin (Var), Beaucaire (Gard), Villers-Cotterêts (Aisne), Le Luc (Var), Le Pontet (Vaucluse), Mantes-la-Ville (Yvelines). Il a également conquis une mairie de secteur (le 7e) à Marseille (Bouches-du-Rhône).

Mode de scrutin

Les élections municipales auront lieu les dimanches 15 mars (premier tour) et 22 mars (second tour) 2020 pour renouveler les quelque 540 000 conseillers municipaux dans les 35 000 communes françaises. Les demandes d'inscription sur les listes électorales devront être déposées au plus tard le vendredi 7 février. Le dépôt des candidatures s'achèvera le jeudi 27 février. Les électeurs votent pour élire leurs conseillers municipaux, qui ensuite élisent eux-mêmes le maire de la commune au sein du conseil municipal.

Les conseillers municipaux sont élus pour six ans au suffrage universel direct, selon un mode de scrutin de liste qui varie selon la taille des communes. Les listes doivent comporter autant de noms que de sièges à pourvoir et être paritaires (femmes/hommes).

Pour les communes de moins de 1 000 habitants, les candidats peuvent être élus dès le premier tour lorsqu'ils obtiennent la majorité absolue et si au moins un quart des inscrits a voté. En cas de second tour, les candidats peuvent être élus avec une simple majorité relative. Les électeurs peuvent choisir de voter pour des candidats de listes différentes (système du panachage), les suffrages étant comptabilisés individuellement.

Pour les communes de plus de 1 000 habitants, les candidats peuvent également être élus dès le premier tour en cas de majorité absolue. Si aucun candidat ne parvient à l'obtenir, un second tour est organisé. Il n'est pas possible de modifier l'ordre de présentation des listes au moment du vote. Si une liste a obtenu au moins 10% des suffrages exprimés, elle peut se maintenir au second tour. Les candidats d'une liste qui obtient au moins 5% sans pouvoir se maintenir peuvent rejoindre une autre liste.

Le scrutin intègre une dose de proportionnelle : la moitié des sièges est ainsi attribuée à la liste ayant réuni le plus de voix, les sièges restants sont proportionnellement répartis entre les listes ayant obtenu au moins 5% des voix. Les électeurs des communes de plus de 1 000 habitants éliront aux mêmes dates leurs conseillers communautaires (qui siègent aux communautés de communes).
Vous êtes à nouveau en ligne