Elections municipales 2020

Les titres

Une personne dépose son bulletin dans l\'urne lors du premier tour des municipales, le 15 mars 2020, à Marseille.

Municipales : 36 maires de grandes villes appellent à un second tour en juin

L\'ancien ministre socialiste Stéphane Le Foll.

Municipales : "Si on reporte en septembre ou en octobre, ça veut dire que toute l'année 2020 sera perdue", met en garde Stéphane Le Foll

Louis Aliot, député du Rassemblement national des Pyrénées-Orientales, invité de franceinfo le 6 mars 2019.

Vacances d'été, polémique sur Sanofi, municipales... Le "8h30 franceinfo" de Louis Aliot

Louis Aliot, député du Rassemblement national des Pyrénées-Orientales, invité de franceinfo le 6 mars 2019.

Municipales : "Il faut purger ce second tour des élections au mois de juin, si la sécurité sanitaire est là", estime le RN Louis Aliot

La candidate LREM à la mairie de Paris, Agnès Buzyn, lors d\'un discours au siège de campagne, à Paris, le 15 mars 2020.

Municipales : "La candidature d’Agnès Buzyn à Paris n’est absolument pas remise en cause", affirme Stanislas Guerini

David Rachline, maire RN de Fréjus, sur franceinfo lundi 14 janvier 2019

Déconfinement : "Je crois que c'est raisonnable de rouvrir les plages aujourd'hui", déclare David Rachline, maire Rassemblement national de Fréjus

Un bureau de vote à Paris, lors du premier tour des élections municipales, le 15 mars 2020.

Déconfinement : à quand le second tour des municipales ?

La salle du conseil municipal de Tulle (Corrèze), le 12 mars 2020.

Le gouvernement donne son feu vert à l'installation des conseils municipaux élus dès le 1er tour

\"Au comptoir de l\'info\" est un podcast présenté par François Beaudonnet. 

PODCAST. Ecoutez "Au comptoir de l’info" avec Valéry Lerouge, correspondant "Affaires européennes"de France Télévisions à Bruxelles

Christian Jacob était l\'invité de France Inter lundi 14 octobre 2019.

Municipales : "Si on est capables d'ouvrir les écoles, les commerces, je ne vois pas au nom de quoi le 2e tour ne pourrait pas se tenir en juin", estime Christian Jacob

Un masque FFP2, le 11 avril 2020.

Municipales : bataille autour des masques à Orléans

Des masques achetés par la région Ile-de-France distribués gratuitement à Vincennes (Val-de-Marne), le 30 avril 2020.

Municipales à Orléans : la course aux masques est lancée

La République en marche donne une conférence de presse à Paris, le 24 janvier 2019.

INFOGRAPHIES. Un homme, de droite, déjà élu… Découvrez le portrait-robot du candidat LREM aux élections municipales

André Laignel, vice-président de l\'Association des maires de France, regrette de ne pas avoir été consulté pour le projet de réorganisation des élections municipales.

Réorganisation des élections municipales : l'Association des maires de France dénonce une "durée totalement inconséquente"

Les conseils municipaux des 30 000 communes où les maires ont été élus dès le 15 mars au premier tour devraient être installés entre le 2 et le 7 juin prochain.

Élections municipales : il est possible "d'organiser le second tour assez rapidement pour les petites communes", estime l'Association des maires ruraux

Le premier tour des élections municipales à Lyon, le 15 mars 2020.

Coronavirus : un projet de loi prévoit de réorganiser les élections municipales les 27 septembre et 4 octobre prochains

Des électeurs dans un bureau de vote de Perpignan (Pyrénées-Orientales), le 18 juin 2017.

Coronavirus : enquête sur les conséquences du premier tour des élections municipales en Seine-Saint-Denis

Martine Aubry, maire PS de Lille (Nord) et candidate à sa réelection, le 1er février 2020. 

Municipales : "Si le second tour est renvoyé à l'été ou en septembre, je pense qu'il faudra refaire les deux tours", estime Martine Aubry

Depuis plusieurs semaines, Anthony Mussard a une vie multiple : infirmier à l\'hôpital pour lutter contre l\'épidémie de coronavirus, mais également futur maire d\'une petite commune de la Sarthe.

Coronavirus : maire et infirmier, il est engagé sur tous les fronts

Le premier tour de l\'élection municipale de Saint-Ouen (Ile-de-France), le 15 mars 2020.

Elections municipales : à Saint-Ouen, un tiers des assesseurs ont déclaré des symptômes évocateurs du coronavirus

Le vote de trop ?

VIDEO. Le vote de trop ?

Maintien du premier tour des municipales malgré le coronavirus : les partis politiques ont-ils vraiment été consultés ? \"Envoyé spécial\" a enquêté

VIDEO. Maintien du premier tour des municipales malgré le coronavirus : les partis politiques ont-ils vraiment été consultés ? "Envoyé spécial" a enquêté

\"Je me sens vraiment coupable\" : assesseure dans son village, elle regrette la tenue du premier tour des municipales

VIDEO. "C'est sûr qu'on s'est tous transmis le virus" : depuis le premier tour des municipales, cette candidate et assesseure est rongée par la culpabilité

Un homme dépasse en marchant une série d\'affiches de campagne électorale, le 14 mars 2020, à Paris.

"Ils utilisent leur implication comme un outil de propagande" : des candidats aux municipales accusés d'utiliser le coronavirus pour faire campagne

Pour Jean-Christophe Lagarde, président de l\'UDI, il n\'est pas \"raisonnable en termes démocratique et sanitaire\" de maintenir le second tour des municipales le 21 juin 2020.

Coronavirus : "Plus personne ne croit que ce second tour puisse se tenir" en juin, estime Jean-Christophe Lagarde, le président de l'UDI

La mairie de La Barben, dans les Bouches-du-Rhône.

"Il est temps qu’on leur file les clefs de la mairie et qu’on n’en parle plus" : La Barben, une ville "entre deux maires" à cause du confinement

Un bureau de vote à Paris, lors du premier tour des élections municipales, le 15 mars 2020.

Coronavirus : Edouard Philippe "ne sait pas" si le second tour des municipales pourra se tenir fin juin

12345678910516

Enjeux des municipales 2020

Le parti macroniste, La République en marche (LREM), a été défait de justesse aux élections européennes de 2019. Il a obtenu 22,4% des suffrages, contre 23,3% pour le Rassemblement national (RN). Les élections municipales constituent un enjeu majeur pour le jeune mouvement d’Emmanuel Macron : s’implanter localement et, par ricochet, ravir des villes à la droite et à la gauche. En somme, continuer à affaiblir les partis traditionnels.

La droite, qui avait conquis de nombreuses villes en 2014, devrait, selon toute vraisemblance, reculer. Elle a obtenu un score historiquement faible (8,48%) lors du scrutin européen. Et le parti Les Républicains (LR) traverse une crise profonde depuis la débâcle de François Fillon à la présidentielle. Soixante-douze maires de droite et du centre, à Angers (Maine-et-Loire), Tours (Indre-et-Loire), Orléans (Loiret), Amiens (Somme) ou encore Nancy (Meurthe-et-Moselle) ont d'ores et déjà décidé d'afficher leur soutien à l'action du gouvernement et à Emmanuel Macron. Ils ne se présenteront pas sous l'étiquette LR. Le parti risque donc de perdre des villes au profit d'une alliance entre les maires sortants et LREM.

LREM fait face à des cas épineux à Paris et dans d'autres grandes villes, comme Lyon ou Nice (Alpes-Maritimes). A Lyon, Gérard Collomb et David Kimelfeld, qui dirige la métropole, n’ont pas encore noué d’alliance, même si leur conflit ouvert semble apaisé. A Paris, Benjamin Griveaux est officiellement investi par LREM mais devra composer avec la candidature dissidente de Cédric Villani, alors que la socialiste Anne Hidalgo compte bien rester en place.

Le Rassemblement national (RN) a de son côté fait de bons scores aux élections européennes à Marseille (Bouches-du-Rhône), Nice (Alpes-Maritimes), Reims (Marne) ou Toulon (Var). Mais il n'a jamais gagné d'élections locales, à quelques exceptions près, car le mode de scrutin à deux tours ne lui est pas favorable. Le parti dirigé par Marine Le Pen compte bien garder les villes qu'il a prises en 2014. Il pourrait néanmoins progresser dans des villes moyennes, dans le Nord ou le Sud-Est. Une seule grande ville semble être à sa portée : Perpignan, où le député Louis Aliot s'est déjà déclaré candidat.

Europe Ecologie-Les Verts (EELV) souhaite pour sa part surfer sur son succès aux européennes pour gagner quelques grandes villes comme Nantes, Paris ou Rennes.

Municipales 2014

Les élections municipales de 2014 ont donné lieu à une "vague bleue" : plus de 115 villes de 10 000 habitants ont en effet basculé de la gauche à la droite. La droite a conservé des grandes villes comme Marseille (Bouches-du-Rhône) mais aussi conquis Toulouse (Haute-Garonne), Angers (Maine-et-Loire), Quimper (Finistère), Brive-la-Gaillarde (Corrèze) ou encore La Roche-sur-Yon (Vendée). Le Parti socialiste (PS) a réussi à conserver Paris et à conquérir Avignon (Vaucluse) ou Douai (Nord), mais a perdu les mairies de Limoges ou encore Pau. Il s’est aussi fait ravir la mairie de Grenoble (Isère), remportée par le candidat EELV allié au Parti de gauche et à un collectif citoyen.

Le Front national a pris dix villes : Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), Béziers (Hérault), Fréjus (Var), Hayange (Moselle), Cogolin (Var), Beaucaire (Gard), Villers-Cotterêts (Aisne), Le Luc (Var), Le Pontet (Vaucluse), Mantes-la-Ville (Yvelines). Il a également conquis une mairie de secteur (le 7e) à Marseille (Bouches-du-Rhône).

Mode de scrutin

Les élections municipales auront lieu les dimanches 15 mars (premier tour) et 22 mars (second tour) 2020 pour renouveler les quelque 540 000 conseillers municipaux dans les 35 000 communes françaises. Les demandes d'inscription sur les listes électorales devront être déposées au plus tard le vendredi 7 février. Le dépôt des candidatures s'achèvera le jeudi 27 février. Les électeurs votent pour élire leurs conseillers municipaux, qui ensuite élisent eux-mêmes le maire de la commune au sein du conseil municipal.

Les conseillers municipaux sont élus pour six ans au suffrage universel direct, selon un mode de scrutin de liste qui varie selon la taille des communes. Les listes doivent comporter autant de noms que de sièges à pourvoir et être paritaires (femmes/hommes).

Pour les communes de moins de 1 000 habitants, les candidats peuvent être élus dès le premier tour lorsqu'ils obtiennent la majorité absolue et si au moins un quart des inscrits a voté. En cas de second tour, les candidats peuvent être élus avec une simple majorité relative. Les électeurs peuvent choisir de voter pour des candidats de listes différentes (système du panachage), les suffrages étant comptabilisés individuellement.

Pour les communes de plus de 1 000 habitants, les candidats peuvent également être élus dès le premier tour en cas de majorité absolue. Si aucun candidat ne parvient à l'obtenir, un second tour est organisé. Il n'est pas possible de modifier l'ordre de présentation des listes au moment du vote. Si une liste a obtenu au moins 10% des suffrages exprimés, elle peut se maintenir au second tour. Les candidats d'une liste qui obtient au moins 5% sans pouvoir se maintenir peuvent rejoindre une autre liste.

Le scrutin intègre une dose de proportionnelle : la moitié des sièges est ainsi attribuée à la liste ayant réuni le plus de voix, les sièges restants sont proportionnellement répartis entre les listes ayant obtenu au moins 5% des voix. Les électeurs des communes de plus de 1 000 habitants éliront aux mêmes dates leurs conseillers communautaires (qui siègent aux communautés de communes).
Vous êtes à nouveau en ligne