Elections sénatoriales 2020

Les titres

Le Premier ministre Édouard Philippe et le ministre des Comptes et de l\'Action publique, Gérald Darmanin, candidats au Havre et à Tourcoing, ici à Paris, le 15 novembre 2019.

Les perdants aux élections municipales pourront rester au gouvernement

À l\'approche des municipales, France 3 a rencontré une famille de Mayenne où le métier de maire se transmet de père en fils.

Municipales : maires de pères en fils depuis 1945

Le gouvernement d\'Edouard Philippe pour le conseil des ministres du 6 janvier 2020 à Paris. 

Municipales : les ministres qui échoueront à se faire élire ne seront pas obligés de démissionner

Ligne Directe Juliette MEADEL: "Je ne crois pas à l'écologie punitive! "

Gérard Collomb, le 25 mai 2019 à Lyon.

Guerre fratricide, conversion à l'écologie et selfies en série : à Lyon, Gérard Collomb livre son dernier combat

Le maire de Saâcy-sur-Marne (Seine-et-Marne) Pierre-Emmanuel Bégny  ne se représente pas en mars 2020

Seine-et-Marne : un mandat et puis s'en va pour le maire trentenaire Pierre-Emmanuel Bégny

Le Premier ministre Edouard Philippe et la ministre du Travail Muriel Pénicaud lors d\'une conférence de presse sur le projet de réforme de l\'assurance-chômage, à Matignon, le 26 février 2019.

Le congé de deuil parental abîme la relation de confiance entre gouvernement et députés LREM

Yannick Jadot, eurodéputé EELV, sur franceinfo.

Municipales, congé après la perte d'un enfant, suspense autour du sort de la patronne d'Engie : le "8h30 franceinfo" de Yannick Jadot

Yannick Jadot, député européen Europe Écologie-les Verts, était l\'invité de franceinfo mercredi 5 février (capture écran).

Transition énergétique : Bruno Le Maire "sabote tous les efforts" et "déstabilise" le groupe Engie

Yannick Jadot, député européen Europe Écologie-les Verts, était l\'invité de franceinfo mercredi 5 février (capture écran).

Municipales : "Les écologistes ne sont plus des supplétifs", affirme l'eurodéputé EELV Yannick Jadot

Un électeur vote à Pantin, près de Paris, le 23 avril 2017 (illustration).

Municipales : un "kit d'animation" mis en ligne pour donner envie aux personnes handicapées mentales d'aller voter

Édouard Philippe, lors d\'une réunion avec ses ministres, le 26 janvier 2020 à Matignon.

Municipales : les ministres en campagne sous surveillance à partir du 24 février

L\'hôtel de ville sur la place des Terreaux, à Lyon, le 16 septembre 2018.

Municipales 2020 à Lyon : le mode d'emploi pour comprendre le scrutin dans la ville et la métropole

Nelly Garnier, invitée de franceinfo mardi 4 février 2020.

Grève du traitement des déchets : "Il y a un manque de réaction de la mairie de Paris" accusent Les Républicains

Victor Poirier, directeur des publications de l\'Institut Montaigne, invité de franceinfo le 4 février 2020

Pour l'Institut Montaigne, "la dette des plus grandes villes de France a baissé globalement"

Benjmain Griveaux était l\'invité de franceinfo lundi 3 février. 

Aide à l’achat d’un logement proposée par Benjamin Griveaux : comment ce dispositif fonctionne-t-il au Canada ?

VERONIQUE REILLE SOULT: "Au sommet des préoccupations des français: la santé! "

Le Premier ministre, Edouard Philippe, au Havre (Seine-Maritime) le 1er février 2020 pour le lancement de sa campagne municipale.

Municipales : Les Républicains ne soutiendront pas Edouard Philippe au Havre

Le ministre de l\'Intérieur, Christophe Castaner, le 28 janvier 2020 à l\'Assemblée nationale.

Municipales : les villes entre 3 500 et 9 000 habitants seront finalement comptabilisées dans les résultats nationaux

Fronton de la mairie de Rouen (illustration).

Le brief éco. Élections municipales : la situation des grandes villes françaises est globalement saine

Un conseil municipal à Lyon, en 2010 (illustration).

Plus d'impôts locaux, moins de dépenses, une dette maîtrisée : la santé financière des plus grandes villes françaises passée au crible

Cédric Villani, le 6 septembre 2019 à Paris.

Municipales : Cédric Villani exclu de LREM... mais toujours député LREM

Vikash Dhorasoo invité de franceinfo 

Pour l'ancien footballeur Vikash Dhorasoo, Didier Gailhaguet "doit partir, il aurait déjà dû démissionner"

Chaque semaine, le 12/13 prend la direction d\'une ville pour connaître l\'état d\'esprit de ses habitants à la veille des municipales. Première destination : Decazeville, dans l\'Aveyron, une ville qui essaie d\'attirer des habitants après la perte de ses mines et de ses hauts fourneaux.

Municipales : Decazeville, dans l'Aveyron, se bat contre la désertification

Ségolène Royal aura exercé sa mission d\'ambassadrice des pôles pendant un peu plus de deux ans (photo d\'illustration, 23 novembre 2015, à Paris).

VIDEO. Ségolène Royal : "le gouvernement est incapable de recevoir les cris de détresse" de la société française

Dieynaba Diop, porte-parole du PS

Réforme des retraites : "On aura recours à la motion de censure que si on n'a pas le choix", annonce le PS

Benjamin Griveaux était l\'invité de franceinfo lundi 3 février. 

VIDEO. Municipales : Benjamin Griveaux veut supprimer les "chauffeurs à la ville de Paris", y compris pour "le maire"

Benjmain Griveaux était l\'invité de franceinfo lundi 3 février. 

VIDEO. Municipales à Paris : Anne Hidalgo et Rachida Dati "sont de mèche, elles refusent le débat", affirme Benjamin Griveaux

Benjmain Griveaux était l\'invité de franceinfo lundi 3 février. 

VIDEO. Municipales à Paris : Benjamin Griveaux défend sa proposition d'aide à l'achat de logement, "ce n'est pas une mesure farfelue"

Marcel Berthomé, dans son bureau de maire.

"J’ai encore des choses à faire" : à 97 ans, le doyen des maires de France brigue un dixième mandat

14041424344454647484950539

Enjeux des municipales 2020 en plein coronavirus

Les élections municipales de 2020 se déroulent dans un contexte de crise sanitaire avec l'épidémie de Covid-19. Si le premier tour s'est bien tenu le 15 mars, le second tour, qui devait être organisé le dimanche suivant, le 22 mars, a finalement été reporté au 28 juin. Dans les quelque 5 000 communes françaises qui n'ont pas élu leur conseil municipal dès le premier tour, les candidats font campagne à distance, en évitant les grandes réunions publiques et les poignées de main. L'abstention, forte au premier tour (plus de 55%), est un enjeu pour le second tour.

Le parti macroniste, La République en marche (LREM), a été défait de justesse aux élections européennes de 2019. Il a obtenu 22,4% des suffrages, contre 23,3% pour le Rassemblement national (RN). Les élections municipales constituent un enjeu majeur pour le jeune mouvement d’Emmanuel Macron : s’implanter localement et, par ricochet, ravir des villes à la droite et à la gauche. En somme, continuer à affaiblir les partis traditionnels.

Les résultats du premier tour n'ont toutefois pas tourné à leur avantage et LREM fait face à des cas épineux. A Lyon, Gérard Collomb s'est allié à LR au second tour. A Paris, Benjamin Griveaux a dû renoncer après la publication en ligne d'une vidéo intime. Sa remplaçante, l'ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn, doit composer avec la candidature dissidente de Cédric Villani, alors que la socialiste Anne Hidalgo compte bien rester en place. A Marseille, LREM a été écrasé au premier tour par une alliance de gauche menée par Michèle Rubirola Blanc et par la candidate des Républicains, Martine Vassal, qui succède au maire sortant Jean-Claude Gaudin. 

La droite, qui avait conquis de nombreuses villes en 2014, espère se maintenir. Elle a obtenu un score historiquement faible (8,48%) lors du scrutin européen. Et le parti Les Républicains (LR) traverse une crise profonde depuis la débâcle de François Fillon à la présidentielle. Soixante-douze maires de droite et du centre, à Angers (Maine-et-Loire), Tours (Indre-et-Loire), Orléans (Loiret), Amiens (Somme) ou encore Nancy (Meurthe-et-Moselle) ont décidé d'afficher leur soutien à l'action du gouvernement et à Emmanuel Macron. Ils ne se sont pas présentés sous l'étiquette LR. Le parti risque aussi de perdre des villes au profit d'une alliance entre les maires sortants et LREM.

Le Rassemblement national (RN) a de son côté fait de bons scores aux élections européennes à Marseille (Bouches-du-Rhône), Nice (Alpes-Maritimes), Reims (Marne) ou Toulon (Var). Mais il n'a jamais gagné d'élections locales, à quelques exceptions près, car le mode de scrutin à deux tours ne lui est pas favorable. Le parti dirigé par Marine Le Pen compte bien garder les villes qu'il a prises en 2014. Il pourrait néanmoins progresser dans des villes moyennes, dans le Nord ou le Sud-Est. Une seule grande ville semble être à sa portée : Perpignan, où le député Louis Aliot est arrivé en tête au premier tour.

Europe Ecologie-Les Verts (EELV) souhaite pour sa part surfer sur son succès aux européennes pour gagner quelques grandes villes comme Nantes, Paris ou Rennes.

Municipales 2014

Les élections municipales de 2014 ont donné lieu à une "vague bleue" : plus de 115 villes de 10 000 habitants ont en effet basculé de la gauche à la droite. La droite a conservé des grandes villes comme Marseille (Bouches-du-Rhône) mais aussi conquis Toulouse (Haute-Garonne), Angers (Maine-et-Loire), Quimper (Finistère), Brive-la-Gaillarde (Corrèze) ou encore La Roche-sur-Yon (Vendée). Le Parti socialiste (PS) a réussi à conserver Paris et à conquérir Avignon (Vaucluse) ou Douai (Nord), mais a perdu les mairies de Limoges ou encore Pau. Il s’est aussi fait ravir la mairie de Grenoble (Isère), remportée par le candidat EELV allié au Parti de gauche et à un collectif citoyen.

Le Front national a pris dix villes : Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), Béziers (Hérault), Fréjus (Var), Hayange (Moselle), Cogolin (Var), Beaucaire (Gard), Villers-Cotterêts (Aisne), Le Luc (Var), Le Pontet (Vaucluse), Mantes-la-Ville (Yvelines). Il a également conquis une mairie de secteur (le 7e) à Marseille (Bouches-du-Rhône).

Mode de scrutin

Les élections municipales auront lieu les dimanches 15 mars (premier tour) et 22 mars (second tour) 2020 pour renouveler les quelque 540 000 conseillers municipaux dans les 35 000 communes françaises. Les demandes d'inscription sur les listes électorales devront être déposées au plus tard le vendredi 7 février. Le dépôt des candidatures s'achèvera le jeudi 27 février. Les électeurs votent pour élire leurs conseillers municipaux, qui ensuite élisent eux-mêmes le maire de la commune au sein du conseil municipal.

Les conseillers municipaux sont élus pour six ans au suffrage universel direct, selon un mode de scrutin de liste qui varie selon la taille des communes. Les listes doivent comporter autant de noms que de sièges à pourvoir et être paritaires (femmes/hommes).

Pour les communes de moins de 1 000 habitants, les candidats peuvent être élus dès le premier tour lorsqu'ils obtiennent la majorité absolue et si au moins un quart des inscrits a voté. En cas de second tour, les candidats peuvent être élus avec une simple majorité relative. Les électeurs peuvent choisir de voter pour des candidats de listes différentes (système du panachage), les suffrages étant comptabilisés individuellement.

Pour les communes de plus de 1 000 habitants, les candidats peuvent également être élus dès le premier tour en cas de majorité absolue. Si aucun candidat ne parvient à l'obtenir, un second tour est organisé. Il n'est pas possible de modifier l'ordre de présentation des listes au moment du vote. Si une liste a obtenu au moins 10% des suffrages exprimés, elle peut se maintenir au second tour. Les candidats d'une liste qui obtient au moins 5% sans pouvoir se maintenir peuvent rejoindre une autre liste.

Le scrutin intègre une dose de proportionnelle : la moitié des sièges est ainsi attribuée à la liste ayant réuni le plus de voix, les sièges restants sont proportionnellement répartis entre les listes ayant obtenu au moins 5% des voix. Les électeurs des communes de plus de 1 000 habitants éliront aux mêmes dates leurs conseillers communautaires (qui siègent aux communautés de communes).
Vous êtes à nouveau en ligne