Elections sénatoriales 2020

Les titres

Yoann Gillet, conseiller municipal Rassemblement national de Nîmes, le 12 mai 2017.

Municipales : à Nîmes, des membres des Républicains sur la liste du Rassemblement national

Alain Ferrand, maire du Barcarès (Pyrénées-Orientales), lors de la cérémonie des vœux, le samedi 25 janvier 2019.

"C'est Dallas leur truc !" : au Barcarès, monsieur et madame Ferrand se disputent la mairie aux élections municipales

Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national, lors d\'une conférence de presse à Nîmes (Gard), le 14 février 2020.

Marine Le Pen prête à abandonner la tête du Rassemblement national en prévision de l'élection présidentielle

Rachida Dati, lors de son premier meeting de campagne pour élections municipales 2020 à Paris, le 7 novembre 2019. 

Municipales à Paris : Rachida Dati annonce son programme qui privilégie "la tranquillité et la propreté"

La filière bio en Martinique pourtant en pleine croissance a du mal à satisfaire la demande locale. Alexandre Terne, au Lorrain a opté pour la diversification agricole.

Le journal des Outre-mers. En Martinique, le combat des agriculteurs pour une culture 100% biologique

Alexandra de Taddeo lors de l\'émission \"Obliques\" diffusée sur Fréquence protestante, le 22 juillet 2017.

Clef USB jetée dans les toilettes, enregistrement des vidéos... Ce qu'a dit Alexandra de Taddeo aux enquêteurs sur l'affaire Griveaux

Agnès Buzyn, candidate LREM aux élections municipales à Paris, pose dans le cinquième arrondissement, le 18 février 2020. 

Municipales à Paris : Agnès Buzyn dévoile son programme, centré sur la propreté et la sécurité

Le Premier ministre Edouard Philippe en déplacement au Havre dans le cadre de sa campagne municipale le 1er février 2020.

Municipales 2020 : au Havre, la "campagne à la hussarde" d'Edouard Philippe pour se défaire de son image de Premier ministre

Jordan Bardella, vice-président du Rassemblement national, lors d\'un déplacement à Marseille, le 1er février 2020.

Municipales : au Havre, Jordan Bardella (RN) lance un appel aux électeurs LR déçus par Edouard Philippe

Des vagues provoquées par la tempête Dennis s\'écrasent sur la digue à Porthcawl (Royaume-Uni), le 15 février 2020.

Photo Hebdo : Agnès Buzyn, Syrie, tempête Dennis...

Gaspard Gantzer, le 7 février 2020 à Paris.

Municipales à Paris : Gaspard Gantzer sera tête de liste dans le 6e arrondissement pour Agnès Buzyn

Les informés du 21 février 2020. 

Le Salon de l'Agriculture à la veille de l'ouverture, l'enjeu sécuritaire dans les municipales à Paris et les violences sexuelles dans le sport... Les informés du vendredi 21 février

Dominique Versini, adjointe à la mairie de Paris en charge des solidarités et de l\'accueil des réfugiés.

Dominique Versini dénonce les "propos choquants", "inexacts ou mensongers" de Rachida Dati sur les demandeurs d'asile et les réfugiés à Paris

Rachida Dati, à franceinfo, le 21 février 2020.

La mairie de Paris escroque-t-elle les locataires des immeubles qu'elle achète, comme l'affirme Rachida Dati ?

Nicolas Bay et Édouard Philippe.

Nicolas Bay dit-il vrai sur Édouard Philippe et la "grande mosquée" du Havre ?

Deux villages du Puy-de-Dôme peinent à recruter des candidats pour les prochaines élections municipales des 15 et 22 mars prochains.

Municipales : deux villages du Puy-de-Dôme sans candidat

L\'ancien conseiller en communication de François Hollande, Gaspard Gantzer, alors candidat à la mairie de Paris, fait campagne dans la capitale, le 7 février 2019. 

Municipales à Paris : même sans Gaspard Gantzer, son mouvement Parisiennes, Parisiens continue la campagne

En 2019, le trafic automobile a baissé de 8% à Paris, d\'après un document de la ville révélé par \"Les Echos\", le 21 février 2020. 

Municipales à Paris : depuis l'élection d'Anne Hidalgo en 2014, la circulation automobile a reculé de 19% dans la capitale, selon la mairie

Rachida Dati, maire du 7e arrondissement de Paris et candidate Les Républicains à la mairie de Paris, sur franceinfo jeudi 23 janvier 2020.

Municipales à Paris, fusillades en Allemagne, sécurité... Le "8h30 franceinfo" de Rachida Dati

Le maire de Tessy-Bocage (Manche), Michel Richard.

"Je n'avais pas encore senti l'heure de la retraite pour moi" : malgré une récente agression, le maire de Tessy-Bocage, dans la Manche, brigue un troisième mandat

Gaspard Gantzer, fondateur du mouvement \"Parisiennes, Parisiens\", ancien conseiller de François Hollande, mardi 1er janvier 2019.

"Agnès Buzyn va devenir maire de Paris", estime Gaspard Gantzer, qui vient de rejoindre la campagne de la candidate LREM

Rachida Dati était l\'invitée de franceinfo vendredi 21 février. 

VIDEO. Vidéoprotection à Paris : "Je voudrais qu’il y ait au moins une caméra pour 500 habitants, pour ne pas dire une pour 300", annonce Rachida Dati

Rachida Dati était l\'invitée de franceinfo vendredi 21 février.

VIDEO. Municipales à Paris : Agnès Buzyn "est chaperonnée par Emmanuel Macron" affirme Rachida Dati

Un maire porte un badge \"Ma commune est utile\" à Paris, le 14 janvier 2019.

Municipales : faute de candidats, des maires contraints de se représenter

Danielle Simonnet, candidate \"Décidons Paris\" pour les municipales de mars 2020. 

Danielle Simonnet : "Le logement est la problématique numéro un" à Paris

L\'hôtel de ville de Pontivy (Morbihan).

"Au nom de quoi on nous demande de rendre des comptes ?" : à Pontivy, la bataille pour la mairie se joue entre femmes

Agnès Buzyn à Paris le 18 février 2020 à Paris. 

Agnès Buzyn veut une police municipale armée à Paris

Anne Hidalgo, en campagne, le 06 février 2020 à Paris. 

Municipales : Bernard Cazeneuve affiche son soutien à Anne Hidalgo

Jean-François Achilli présente les informés de franceinfo.

Les municipales à Paris, la mobilisation contre la réforme des retraites et le terrorisme d'extrême droite en Allemagne... Les informés du 20 février

Un panneau d\'affichage de Bobigny dont les affiches pour les élections municipales ont été déchirées. 

À Bobigny, la campagne des municipales polarisée par les accusations de clientélisme

14041424344454647484950538

Enjeux des municipales 2020 en plein coronavirus

Les élections municipales de 2020 se déroulent dans un contexte de crise sanitaire avec l'épidémie de Covid-19. Si le premier tour s'est bien tenu le 15 mars, le second tour, qui devait être organisé le dimanche suivant, le 22 mars, a finalement été reporté au 28 juin. Dans les quelque 5 000 communes françaises qui n'ont pas élu leur conseil municipal dès le premier tour, les candidats font campagne à distance, en évitant les grandes réunions publiques et les poignées de main. L'abstention, forte au premier tour (plus de 55%), est un enjeu pour le second tour.

Le parti macroniste, La République en marche (LREM), a été défait de justesse aux élections européennes de 2019. Il a obtenu 22,4% des suffrages, contre 23,3% pour le Rassemblement national (RN). Les élections municipales constituent un enjeu majeur pour le jeune mouvement d’Emmanuel Macron : s’implanter localement et, par ricochet, ravir des villes à la droite et à la gauche. En somme, continuer à affaiblir les partis traditionnels.

Les résultats du premier tour n'ont toutefois pas tourné à leur avantage et LREM fait face à des cas épineux. A Lyon, Gérard Collomb s'est allié à LR au second tour. A Paris, Benjamin Griveaux a dû renoncer après la publication en ligne d'une vidéo intime. Sa remplaçante, l'ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn, doit composer avec la candidature dissidente de Cédric Villani, alors que la socialiste Anne Hidalgo compte bien rester en place. A Marseille, LREM a été écrasé au premier tour par une alliance de gauche menée par Michèle Rubirola Blanc et par la candidate des Républicains, Martine Vassal, qui succède au maire sortant Jean-Claude Gaudin. 

La droite, qui avait conquis de nombreuses villes en 2014, espère se maintenir. Elle a obtenu un score historiquement faible (8,48%) lors du scrutin européen. Et le parti Les Républicains (LR) traverse une crise profonde depuis la débâcle de François Fillon à la présidentielle. Soixante-douze maires de droite et du centre, à Angers (Maine-et-Loire), Tours (Indre-et-Loire), Orléans (Loiret), Amiens (Somme) ou encore Nancy (Meurthe-et-Moselle) ont décidé d'afficher leur soutien à l'action du gouvernement et à Emmanuel Macron. Ils ne se sont pas présentés sous l'étiquette LR. Le parti risque aussi de perdre des villes au profit d'une alliance entre les maires sortants et LREM.

Le Rassemblement national (RN) a de son côté fait de bons scores aux élections européennes à Marseille (Bouches-du-Rhône), Nice (Alpes-Maritimes), Reims (Marne) ou Toulon (Var). Mais il n'a jamais gagné d'élections locales, à quelques exceptions près, car le mode de scrutin à deux tours ne lui est pas favorable. Le parti dirigé par Marine Le Pen compte bien garder les villes qu'il a prises en 2014. Il pourrait néanmoins progresser dans des villes moyennes, dans le Nord ou le Sud-Est. Une seule grande ville semble être à sa portée : Perpignan, où le député Louis Aliot est arrivé en tête au premier tour.

Europe Ecologie-Les Verts (EELV) souhaite pour sa part surfer sur son succès aux européennes pour gagner quelques grandes villes comme Nantes, Paris ou Rennes.

Municipales 2014

Les élections municipales de 2014 ont donné lieu à une "vague bleue" : plus de 115 villes de 10 000 habitants ont en effet basculé de la gauche à la droite. La droite a conservé des grandes villes comme Marseille (Bouches-du-Rhône) mais aussi conquis Toulouse (Haute-Garonne), Angers (Maine-et-Loire), Quimper (Finistère), Brive-la-Gaillarde (Corrèze) ou encore La Roche-sur-Yon (Vendée). Le Parti socialiste (PS) a réussi à conserver Paris et à conquérir Avignon (Vaucluse) ou Douai (Nord), mais a perdu les mairies de Limoges ou encore Pau. Il s’est aussi fait ravir la mairie de Grenoble (Isère), remportée par le candidat EELV allié au Parti de gauche et à un collectif citoyen.

Le Front national a pris dix villes : Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), Béziers (Hérault), Fréjus (Var), Hayange (Moselle), Cogolin (Var), Beaucaire (Gard), Villers-Cotterêts (Aisne), Le Luc (Var), Le Pontet (Vaucluse), Mantes-la-Ville (Yvelines). Il a également conquis une mairie de secteur (le 7e) à Marseille (Bouches-du-Rhône).

Mode de scrutin

Les élections municipales auront lieu les dimanches 15 mars (premier tour) et 22 mars (second tour) 2020 pour renouveler les quelque 540 000 conseillers municipaux dans les 35 000 communes françaises. Les demandes d'inscription sur les listes électorales devront être déposées au plus tard le vendredi 7 février. Le dépôt des candidatures s'achèvera le jeudi 27 février. Les électeurs votent pour élire leurs conseillers municipaux, qui ensuite élisent eux-mêmes le maire de la commune au sein du conseil municipal.

Les conseillers municipaux sont élus pour six ans au suffrage universel direct, selon un mode de scrutin de liste qui varie selon la taille des communes. Les listes doivent comporter autant de noms que de sièges à pourvoir et être paritaires (femmes/hommes).

Pour les communes de moins de 1 000 habitants, les candidats peuvent être élus dès le premier tour lorsqu'ils obtiennent la majorité absolue et si au moins un quart des inscrits a voté. En cas de second tour, les candidats peuvent être élus avec une simple majorité relative. Les électeurs peuvent choisir de voter pour des candidats de listes différentes (système du panachage), les suffrages étant comptabilisés individuellement.

Pour les communes de plus de 1 000 habitants, les candidats peuvent également être élus dès le premier tour en cas de majorité absolue. Si aucun candidat ne parvient à l'obtenir, un second tour est organisé. Il n'est pas possible de modifier l'ordre de présentation des listes au moment du vote. Si une liste a obtenu au moins 10% des suffrages exprimés, elle peut se maintenir au second tour. Les candidats d'une liste qui obtient au moins 5% sans pouvoir se maintenir peuvent rejoindre une autre liste.

Le scrutin intègre une dose de proportionnelle : la moitié des sièges est ainsi attribuée à la liste ayant réuni le plus de voix, les sièges restants sont proportionnellement répartis entre les listes ayant obtenu au moins 5% des voix. Les électeurs des communes de plus de 1 000 habitants éliront aux mêmes dates leurs conseillers communautaires (qui siègent aux communautés de communes).
Vous êtes à nouveau en ligne