Elections municipales 2020

Les titres

L\'hôtel de ville de Marseille, sur le Vieux-Port, photographié en avril 2014.

Municipales 2020 à Marseille : le mode d'emploi pour comprendre le scrutin

Dans un bureau de vote, en avril 2012, à Rennes (Ille-et-Vilaine).

Elections municipales, mode d'emploi

Un bureau de vote dans le 11e arrondissement de Paris, le 26 mai 2019, lors des élections européennes.

Municipales : les élections maintenues malgré de coronavirus

Le président de la République, Emmanuel Macron, lors d\'une réunion de l\'UE à Bruxelles (Belgique) le 21 février 2020.

Coronavirus : "Le chef de l'État envisageait vraiment de repousser les élections", affirme Nathalie Saint-Cricq

Emmanuel Macron, le 13 mars 2020. 

RECIT. Coronavirus : le jour où Emmanuel Macron a failli reporter les élections municipales

Des produits antiseptiques dans un bureau de vote à Bordeaux (Gironde), le 11 mars 2020. 

Coronavirus : l'épidémie peut-elle affecter les résultats des municipales ?

Stéphanie Cubaud, membre de l’association Sauvegarde du cadre de vie de Belbeuf-Saint-Adrien et du Plateau Est, se bat contre le projet de contournement Est de Rouen

VIDEO. "On va venir nous polluer notre air" : dans les communes autour de Rouen, le contournement Est s'invite dans la campagne des municipales

Stéphane Terrat est fleuriste à Châteaudun depuis un an et demi.

VIDEO. "Il faut que la municipalité fasse venir de nouvelles entreprises" : à Châteaudun, les commerçants veulent oublier les fermetures d'usine

La mairie de Pont-d\'Ain (Ain).

Municipales 2020 : bienvenue à Pont-d'Ain, la plus grosse commune de France qui ne votera pas dimanche

A l\'approche du premier tour des élections municipales, franceinfo a recensé les enquêtes d\'opinion réalisées partout en France depuis le mois de décembre.

CARTE. Municipales 2020 : ce que disent les derniers sondages à Paris, Lyon, Marseille, Perpignan et dans les grandes villes

Philippe Jacquin, médecin depuis 33 ans à Saint-Amand-Montrond, est inquiet, car il sait qu\'après sa retraite personne ne prendra sa place.

VIDEO. Municipales : la désertification médicale, un "crève-coeur" pour l'un des derniers généralistes de Saint-Amand-Montrond

Guy Galvier mène le combat pour sauver la ligne SNCF des Causses, reliant Béziers à Neussargues, depuis 25 ans : \"Le combat d\'une vie\"

VIDEO. Municipales : en Lozère, Saint-Chély-d’Apcher se bat depuis 25 ans pour sauver la gare, "vitale pour la commune"

Jean Claude Reilles habite l\'île de Thau, quartier populaire de Sète, depuis 1976.

VIDEO. Municipales : Sète, une ville de plus en plus "bling bling" au détriment des quartiers populaires

Pierre Louis Druais professeur de médecine générale, membre du comité scientifique consulté par Emmanuel Macron sur l\'épidémie de coronavirus (illustration, photo du 27 septembre 2016).

Coronavirus : "Il faut que la population se réveille", "chacun va être un acteur de cette guerre", estime le Pr Druais

Anne Bourse, journaliste au service politique de France Télévisions, analyse la décision d\'Emmanuel Macron, jeudi 12 mars, de maintenir les élections municipales.

Maintien des élections municipales : "Le message semble quelque peu contradictoire", estime Anne Bourse

Les premiers résultats seront disponibles à partir de dimanche soir 20 heures sur le site de franceinfo.

Coronavirus : les élections municipales maintenues

Des habitants regardent des affiches de campagne à Perpignan, à l\'approche de premier tour des élections municipales.

Municipales 2020 : les élections auront lieu malgré le coronavirus

Le directeur général délégué France d\'Ipsos, Brice Teinturier, le 23 mars 2011 à Paris.

Municipales 2020 : "Le vote sanction sera atténué", estime Brice Teinturier (Ipsos)

Un panneau pour les élections municipales à Paris, le 4 mars 2020. 

Coronavirus : les élections municipales peuvent-elles être reportées ?

Emmanuel Macron à l\'Elysée, le 16 avril 2019, avant une allocution télévisée. 

REPLAY. Retrouvez les annonces d'Emmanuel Macron sur la gestion de l'épidémie de coronavirus

L\'allocution d\'Emmanuel Macron, le 12 mars 2020.

Municipales 2020 : pourquoi Emmanuel Macron a-t-il décidé de maintenir les élections ?

Agnès Buzyn, Rachida Dati et Anne Hidalgo vont se retrouver avec quatre autres candidats à la mairie de Paris pour un débat sur LCI, mercredi 4 mars.

Municipales : la bataille de Paris

Marc Fesneau, ministre chargé des relations avec le Parlement à la sortie du conseil des ministres sur le perron de l\'Elysée le 18 décembre 2019. 

Coronavirus : "Il n'y avait pas lieu de reporter l'élection municipale", assure Marc Fesneau

Les informés du 12 mars.

Émission spéciale : les annonces d'Emmanuel Macron pour lutter contre l'épidémie de coronavirus... Les informés du 12 mars

Une écharpe tricolore, une urne, une carte électorale et une enveloppe.Symboles d\'une élection municipale. Photo d\'illustration.

Municipales à Calais : le Rassemblement national espère ravir la mairie

La maire de Paris et candidate à sa succession Anne Hidalgo lors d\'une conférence de presse, le 5 mars 2020.

Municipales : quel profil type pour les maires sortants ?

Du point de vue démographique, certaines communes se désolent de perdre des habitants, mais il y en a aussi qui se plaignent de trop en gagner.

Attractivité : des communes face à une croissance démographique trop rapide

Des produits de nettoyage et des instructions sanitaires sont installés en prévision des élections municipales à Bordeaux.

Pas de "panique" des Français face au coronavirus mais l'épidémie pourrait accentuer l'abstention aux municipales, selon un sondage

Vue aérienne sur Bordeaux, le 24 janvier 2020.

Municipales 2020 à Bordeaux : tout comprendre des enjeux du scrutin, surtout si vous pensez que Juppé est encore maire

11011121314151617181920516

Enjeux des municipales 2020

Le parti macroniste, La République en marche (LREM), a été défait de justesse aux élections européennes de 2019. Il a obtenu 22,4% des suffrages, contre 23,3% pour le Rassemblement national (RN). Les élections municipales constituent un enjeu majeur pour le jeune mouvement d’Emmanuel Macron : s’implanter localement et, par ricochet, ravir des villes à la droite et à la gauche. En somme, continuer à affaiblir les partis traditionnels.

La droite, qui avait conquis de nombreuses villes en 2014, devrait, selon toute vraisemblance, reculer. Elle a obtenu un score historiquement faible (8,48%) lors du scrutin européen. Et le parti Les Républicains (LR) traverse une crise profonde depuis la débâcle de François Fillon à la présidentielle. Soixante-douze maires de droite et du centre, à Angers (Maine-et-Loire), Tours (Indre-et-Loire), Orléans (Loiret), Amiens (Somme) ou encore Nancy (Meurthe-et-Moselle) ont d'ores et déjà décidé d'afficher leur soutien à l'action du gouvernement et à Emmanuel Macron. Ils ne se présenteront pas sous l'étiquette LR. Le parti risque donc de perdre des villes au profit d'une alliance entre les maires sortants et LREM.

LREM fait face à des cas épineux à Paris et dans d'autres grandes villes, comme Lyon ou Nice (Alpes-Maritimes). A Lyon, Gérard Collomb et David Kimelfeld, qui dirige la métropole, n’ont pas encore noué d’alliance, même si leur conflit ouvert semble apaisé. A Paris, Benjamin Griveaux est officiellement investi par LREM mais devra composer avec la candidature dissidente de Cédric Villani, alors que la socialiste Anne Hidalgo compte bien rester en place.

Le Rassemblement national (RN) a de son côté fait de bons scores aux élections européennes à Marseille (Bouches-du-Rhône), Nice (Alpes-Maritimes), Reims (Marne) ou Toulon (Var). Mais il n'a jamais gagné d'élections locales, à quelques exceptions près, car le mode de scrutin à deux tours ne lui est pas favorable. Le parti dirigé par Marine Le Pen compte bien garder les villes qu'il a prises en 2014. Il pourrait néanmoins progresser dans des villes moyennes, dans le Nord ou le Sud-Est. Une seule grande ville semble être à sa portée : Perpignan, où le député Louis Aliot s'est déjà déclaré candidat.

Europe Ecologie-Les Verts (EELV) souhaite pour sa part surfer sur son succès aux européennes pour gagner quelques grandes villes comme Nantes, Paris ou Rennes.

Municipales 2014

Les élections municipales de 2014 ont donné lieu à une "vague bleue" : plus de 115 villes de 10 000 habitants ont en effet basculé de la gauche à la droite. La droite a conservé des grandes villes comme Marseille (Bouches-du-Rhône) mais aussi conquis Toulouse (Haute-Garonne), Angers (Maine-et-Loire), Quimper (Finistère), Brive-la-Gaillarde (Corrèze) ou encore La Roche-sur-Yon (Vendée). Le Parti socialiste (PS) a réussi à conserver Paris et à conquérir Avignon (Vaucluse) ou Douai (Nord), mais a perdu les mairies de Limoges ou encore Pau. Il s’est aussi fait ravir la mairie de Grenoble (Isère), remportée par le candidat EELV allié au Parti de gauche et à un collectif citoyen.

Le Front national a pris dix villes : Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), Béziers (Hérault), Fréjus (Var), Hayange (Moselle), Cogolin (Var), Beaucaire (Gard), Villers-Cotterêts (Aisne), Le Luc (Var), Le Pontet (Vaucluse), Mantes-la-Ville (Yvelines). Il a également conquis une mairie de secteur (le 7e) à Marseille (Bouches-du-Rhône).

Mode de scrutin

Les élections municipales auront lieu les dimanches 15 mars (premier tour) et 22 mars (second tour) 2020 pour renouveler les quelque 540 000 conseillers municipaux dans les 35 000 communes françaises. Les demandes d'inscription sur les listes électorales devront être déposées au plus tard le vendredi 7 février. Le dépôt des candidatures s'achèvera le jeudi 27 février. Les électeurs votent pour élire leurs conseillers municipaux, qui ensuite élisent eux-mêmes le maire de la commune au sein du conseil municipal.

Les conseillers municipaux sont élus pour six ans au suffrage universel direct, selon un mode de scrutin de liste qui varie selon la taille des communes. Les listes doivent comporter autant de noms que de sièges à pourvoir et être paritaires (femmes/hommes).

Pour les communes de moins de 1 000 habitants, les candidats peuvent être élus dès le premier tour lorsqu'ils obtiennent la majorité absolue et si au moins un quart des inscrits a voté. En cas de second tour, les candidats peuvent être élus avec une simple majorité relative. Les électeurs peuvent choisir de voter pour des candidats de listes différentes (système du panachage), les suffrages étant comptabilisés individuellement.

Pour les communes de plus de 1 000 habitants, les candidats peuvent également être élus dès le premier tour en cas de majorité absolue. Si aucun candidat ne parvient à l'obtenir, un second tour est organisé. Il n'est pas possible de modifier l'ordre de présentation des listes au moment du vote. Si une liste a obtenu au moins 10% des suffrages exprimés, elle peut se maintenir au second tour. Les candidats d'une liste qui obtient au moins 5% sans pouvoir se maintenir peuvent rejoindre une autre liste.

Le scrutin intègre une dose de proportionnelle : la moitié des sièges est ainsi attribuée à la liste ayant réuni le plus de voix, les sièges restants sont proportionnellement répartis entre les listes ayant obtenu au moins 5% des voix. Les électeurs des communes de plus de 1 000 habitants éliront aux mêmes dates leurs conseillers communautaires (qui siègent aux communautés de communes).
Vous êtes à nouveau en ligne