Elections municipales : derniers jours avant le second tour

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Les municipales suite. Convaincre les indécis. Voilà le mot d'ordre général à trois jours du deuxième tour. Candidats et militants mettent le paquet. Comment? Et avec quelle stratégie. Au QG socialiste de Colombes, le temps est compté. Je vais faire du porte-à-porte tout de suite. Plus que 24 heures avant la fin de la campagne. 24 heures pour éplucher les listes d'émargement des 44 bureaux de vote de la ville. Sur ces documents, les noms des votants, mais aussi des abstentionnistes. Ce sont eux que les militants vont traquer. A partir des listes des gens qui se sont abstenus, on va discuter avec eux en porte-à-porte. On va essayer de les convaincre de voter pour nous. La pratique est légale, les listes sont dispsonibles en préfecture. Mais les partis ne l'assument pas toujours. A Colombes, l'abstention a atteint 45 %, 60 % dans certains quartiers. Une réserve de voix essentielle pour la gauche. Bonjour ! On vient vous voir pour savoir si vous avez voté dimanche. Et pourquoi, alors. La politique, j'y crois plus. Quitte à repartir bredouilles. J'ai l'impresision que mon vote ne sert à rien. Que je vote ou pas, ça changera rien. Pour le candidat UDI rallié à la liste UMP, pas question d'utiliser la même méthode. On a une vraie chance, c'est rare. Débusquer les absententionnistes est pour lui une intrusion dans la vie privée. On est à la limite de la démocratie, on peut pas obliger les gens à aller voter. Ils ne le font que s'ils sont convaincus. Les gronder, c'est pas ma mentalité. Dimanche, les abstentionnistes seront la clé du scrutin.

Les municipales suite. Convaincre les indécis. Voilà le mot d'ordre général à trois jours du deuxième tour. Candidats et militants mettent le paquet. Comment? Et avec quelle stratégie.

Au QG socialiste de Colombes, le temps est compté.

Je vais faire du porte-à-porte tout de suite.

Plus que 24 heures avant la fin de la campagne. 24 heures pour éplucher les listes d'émargement des 44 bureaux de vote de la ville. Sur ces documents, les noms des votants, mais aussi des abstentionnistes. Ce sont eux que les militants vont traquer.

A partir des listes des gens qui se sont abstenus, on va discuter avec eux en porte-à-porte. On va essayer de les convaincre de voter pour nous.

La pratique est légale, les listes sont dispsonibles en préfecture. Mais les partis ne l'assument pas toujours. A Colombes, l'abstention a atteint 45 %, 60 % dans certains quartiers. Une réserve de voix essentielle pour la gauche.

Bonjour ! On vient vous voir pour savoir si vous avez voté dimanche. Et pourquoi, alors.

La politique, j'y crois plus.

Quitte à repartir bredouilles.

J'ai l'impresision que mon vote ne sert à rien. Que je vote ou pas, ça changera rien.

Pour le candidat UDI rallié à la liste UMP, pas question d'utiliser la même méthode.

On a une vraie chance, c'est rare.

Débusquer les absententionnistes est pour lui une intrusion dans la vie privée.

On est à la limite de la démocratie, on peut pas obliger les gens à aller voter. Ils ne le font que s'ils sont convaincus. Les gronder, c'est pas ma mentalité.

Dimanche, les abstentionnistes seront la clé du scrutin.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne