Egypte : nouvel affrontement sanglant au Caire

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

En Egypte, les affrontements d'hier entre l'armée et les pro-Morsi ont été sanglants. L'une de nos équipes est sur place. Quelle est la situation ce matin au Caire. Sur cette place, le sang a coulé, hier, abondamment. Ce matin, plus un islamiste sur ce campement mais des forces de l'ordre qui tentent de faire place nette. Nous ne sommes pas autorises à filmer, nous le faisons discrètement L'armée gère avec poigne la situation et la communication. Partout dans le centre-ville du Caire, des traces d'affrontements Ici, les islamistes ontjeté par-dessus le pont une voiture de police, il y avait quatre hommes dedans. Dans le quartier d'Abbassia, une fumée âcre prend à la gorge. Les Frères musulmans ont incendie hier le ministère des Finances. Deloges de leur campement par la police, ils ont saccagé de nombreux bâtiments. Pourquoi ils détruisent nos biens, nos ministères ? Ça ne va pas ! Ils ont brûlé 6 bâtiments et incendié 250 voitures. Ces Frères musulmans, ce sont des terroristes, pas des musulmans ! Il n'y aura pas de violences aujourd'hui, ils ont fait tout ce qu'ils pouvaient hier, ils sont responsables de ce qui leur arrive. Ce matin, les blindés de l'armée quadrillent le centre-ville. Ici, ce sont des opposants aux islamistes. Ils disent qu'il fallait utiliser la force, ils ne comprennent pas les condamnations de la communauté internationale.

En Egypte, les affrontements d'hier entre l'armée et les pro-Morsi ont été sanglants. L'une de nos équipes est sur place. Quelle est la situation ce matin au Caire.

Sur cette place, le sang a coulé, hier, abondamment. Ce matin, plus un islamiste sur ce campement mais des forces de l'ordre qui tentent de faire place nette. Nous ne sommes pas autorises à filmer, nous le faisons discrètement L'armée gère avec poigne la situation et la communication. Partout dans le centre-ville du Caire, des traces d'affrontements Ici, les islamistes ontjeté par-dessus le pont une voiture de police, il y avait quatre hommes dedans. Dans le quartier d'Abbassia, une fumée âcre prend à la gorge. Les Frères musulmans ont incendie hier le ministère des Finances. Deloges de leur campement par la police, ils ont saccagé de nombreux bâtiments.

Pourquoi ils détruisent nos biens, nos ministères ? Ça ne va pas ! Ils ont brûlé 6 bâtiments et incendié 250 voitures.

Ces Frères musulmans, ce sont des terroristes, pas des musulmans ! Il n'y aura pas de violences aujourd'hui, ils ont fait tout ce qu'ils pouvaient hier, ils sont responsables de ce qui leur arrive.

Ce matin, les blindés de l'armée quadrillent le centre-ville. Ici, ce sont des opposants aux islamistes. Ils disent qu'il fallait utiliser la force, ils ne comprennent pas les condamnations de la communauté internationale.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne