VIDEO. La fraude au chèque est-elle vraiment un jeu d'enfant ? "Envoyé spécial" a fait le test

Alors que la fraude a explosé ces dernières années, est-il facile de falsifier des chèques ? "Envoyé spécial" a voulu faire le test. Signés d'une croix, d'un cœur, barbouillés de blanc correcteur ou arborant un zéro supplémentaire... ces chèques falsifiés pourront-ils être encaissés ?

Le carnet de chèques reste un moyen de paiement ultra-sécurisé, assurent les banques... Pourtant, chaque année, la fraude aux chèques se chiffre à 450 millions d'euros de dommages pour les victimes. 

Frauder peut coûter cher (jusqu'à sept ans de prison et 750 000 euros d'amende)... mais est-ce vraiment si facile ? Pour le savoir, "Envoyé spécial" s'est livré à un petit test. La journaliste Alexandra Colineau a demandé à une consœur de la rédaction de lui faire plusieurs chèques. Ils ont tous le même montant : 1 euro. Elle les falsifie le plus grossièrement possible. Va-t-elle réussir à les encaisser sur son compte bancaire ?

Aucune anomalie détectée par le guichet automatique, aucune alerte de la banque

Sur le premier, l'ordre est libellé "Envoyé spécial" au lieu du nom de la journaliste. Celle-ci le signe au dos en inscrivant son numéro de compte comme s'il lui était adressé. Le deuxième est signé... d'une croix. Plus fort : sur le troisième, l'ordre est effacé d'un coup de stylo correcteur, et un autre nom est écrit par-dessus. Encore plus fort : un gros zéro est ajouté dans la case "chiffre" du dernier chèque (sans changer le montant en lettres).

Les chèques sont ensuite déposés en agence. Certains dans la boîte à lettres, d'autres au guichet automatique. La machine ne détecte aucune anomalie, et enregistre tous les dépôts. Vingt-quatre heures plus tard, un coup d'œil au relevé de compte nous apprend que tous les chèques ont été encaissés – même celui avec un zéro en plus. Aucune alerte de la banque. Tout est passé... inaperçu.

Extrait de "Chéquiers : gare aux fraudeurs !", une enquête à voir dans "Envoyé spécial" le 5 mars 2020.

Vous êtes à nouveau en ligne