Assurance-vie : les épargnants seraient perdants

France 3

L'assurance-vie est l'un des derniers placements sûrs, supposés rapporter de l'argent. Pourtant, selon l'association de consommateurs CLCV (Consommation Logement Cadre de vie), l'année 2018 a été marquée par une baisse des rendements, au point que les épargnants pourraient perdre de l'argent.

L'assurance-vie est l'un des placements préférés des Français. 39% d'entre eux ont souscrit un contrat, mais mauvaise nouvelle : cette épargne est de moins en moins rentable. Un contrat d'assurance-vie est censé rapporter aux épargnants. En 2018, ce taux de rendement s'élevait en moyenne à 1,7%. Problème : l'inflation, elle, a atteint 1,8%. Cela signifie donc que les épargnants ont perdu de l'argent.

Comment le taux de rendement est-il fixé ?

L'association de consommateurs CLCV (Consommation Logement Cadre de vie) demande aux banques et aux assureurs de faire un effort. "Le taux de rendement d'une assurance-vie ne se calcule pas, mais se décrète par les autorités directes de la compagnie à laquelle on a souscrit, et ce dans l'opacité la plus totale. Aujourd'hui, alors qu'il y a 1 700 milliards d'euros placés sur les fonds d'assurance vie, la moindre des choses serait d'avoir plus de transparence", explique Jean-Yves Mano, président de l'association. L'assurance-vie reste malgré tout plus attractive que le traditionnel livret A, dont le taux de rendement est aujourd'hui inférieur à 1%.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne