Violences à Air France : cinq licenciements et onze mises à pied

(En marge d'un CCE début octobre, la photo d'un dirigeant à la chemise arrachée avait fait le tour du monde (illustration) © MaxPPP)

Après les violences en marge du CCE du 5 octobre, la direction d'Air France confirme l'avancée des 18 procédures engagées. Elles portent notamment sur cinq licenciements et onze mises à pied.

Les procédures menées par la direction d'Air France contre des personnels qu'elle juge impliqués dans les violences ou les dégradations commises en marge d'une réunion du Comité central d'entreprise (CCE) du 5 octobre ont été dévoilées ce jeudi. Elles concernent 18 salariés de la compagnie aérienne.

A LIRE AUSSI ►►►Le DRH d'Air France "déçu" et "choqué" après son agression

Les sanctions aboutissent à cinq licenciements pour des agressions physiques. Quatre des salariés sont licenciés pour faute lourde. Le cinquième fera l'objet d'une procédure spécifique, car il est représentant du personnel. Pour un sixième salarié, les faits d'agression physique n'ont pas été retenus lors de l'entretien préalable. Il se voit donc mis à pied par la direction pendant  quinze jours, une mise à pied sans solde. Cette catégorie de sanction concerne également dix autres salariés, mis en cause pour avoir ouvert par effraction un portail d'accès au siège d'Air France. 

Par ailleurs deux pilotes de la compagnie seront convoqués d'ici deux semaines pour un entretien préalable. 

Un porte-parole d'Air France affirment que ces sanctions disciplinaires sont "justes, équitables, proportionnées et rigoureuses". La CGT de la compagnie, elle, avait déjà promis un conflit sans précédent si des salariés venaient à être licenciés. Jeudi soir, elle le confirme sur France Info. Miguel Fortea, secrétaire général de la CGT Air France le "garantit ". Il parle de licenciements "injustifiés ", sans preuve. Il dénonce une volonté de "faire des exemple " pour "museler le corps social ". Le syndicaliste promet également une mobilisation le 19 novembre puis une autre, de trois jours, un peu plus tard, "fin novembre, début décembre ".

Miguel Fortea, secrétaire général de la CGT Air France, promet plusieurs grèves au sein de la compagnie
--'--
--'--
Parallèlement à cette procédure interne à Air France, une enquête a été ouverte par le parquet de Bobigny, après plusieurs plaintes. Six salariés d'Air France sont concernés par cette voie judiciaire. Ils seront jugés le 2 décembre devant le tribunal correctionnel de Bobigny.