Villages : un millier de distributeurs de billets ont fermé

France 2

À Saint-Anthème (Puy-de-Dôme), la population doit faire une vingtaine de kilomètres pour retirer de l'argent. Le Sénat réfléchit à une proposition de loi pour lutter contre les conséquences de la désertification des campagnes.

La monnaie se fait de plus en plus rare à Saint-Anthème, un village du Puy-de-Dôme. Sans distributeur de billets depuis un an, les commerçants ont dû s'adapter et accepter les cartes bancaires malgré les frais ou accepter de faire crédit. "Il y a beaucoup de personnes, des familles, comme ils n'ont pas de monnaie, je le marque et ils paient en fin de semaine ou ils font marquer au mois", explique une boulangère de Saint-Anthème. Pour se procurer du liquide, pas d'autre choix que de prendre sa voiture et parcourir une vingtaine de kilomètres.

Un manque à gagner pour les commerçants

La zone compte pourtant 2 000 habitants, 6 000 en été et une vingtaine de commerces. Des hôtels, des restaurants et une fromagerie qui ont tous vu leur clientèle diminuer. Le maire du village, Jean-Claude Gagnaire, ne s'avoue pas vaincu. Pour récupérer l'ancien distributeur il a démarché de nombreuses banques, proposé des subventions. Des offres restées jusqu'à maintenant lettre morte. "Le coût d'un retrait, générateur d'argent, est en train de diminuer. Ils estiment que l'opération ne sera pas rentable", explique-t-il. En France, plus d'un millier de distributeurs ont fermé l'an dernier.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne