Vie à la campagne : il faut "des moyens technologiques comme en ville"

De nombreux Français pourraient s\'installer à la campagne si les territoires étaient mieux fournis en équipements numériques, selon l\'association Familles rurales (illustration).
De nombreux Français pourraient s'installer à la campagne si les territoires étaient mieux fournis en équipements numériques, selon l'association Familles rurales (illustration). (MICHEL HOUET / MAXPPP)

Selon le président de l’association Familles rurales, de nombreux Français pourraient s'installer à la campagne si les territoires étaient mieux fournis en équipements numériques notamment.

"Il faut investir dans le milieu rural. Plus de 70% des Français voudraient créer leur entreprise à la campagne plutôt qu'en ville", affirme mardi 9 octobre sur franceinfo Dominique Marmier, le président de l’association Familles rurales, après l'étude de l'Ifop sur la perception de la vie à la campagne. "Il faut donc que cette campagne soit équipée, dotée de moyens technologiques comme en ville. Il faut par exemple que le haut débit passe partout".

Il y a une vraie opportunité avec les progrès techniques, la télémédecine, la transition numérique.Dominique Marmierà franceinfo

"On se tourne maintenant vers le gouvernement pour dire 'agissons, donnons-nous les moyens de développer l'accès aux services, ça passera par le numérique'", explique le président de l'association Familles rurales.

Selon cette étude, le sentiment d'être laissés pour compte est vécu fortement, par plus de 60% des ruraux qui déclarent ne pas avoir accès à des services publics locaux. "Il existe vraiment un sentiment d'abandon : les services publics disparaissent ces dernières années, mais aussi les commerces, les gares, les médecins, etc." Pourtant, 8 Français sur 10 estiment que vivre à la campagne représente la vie idéale "car on est proche de la nature, c'est aussi des coûts moins importants en termes d'habitat et de foncier", explique Dominique Marmier. Car malgré ce sentiment d'abandon, les Français ruraux plébiscitent leur territoire : "90% souhaitent y rester. Ce sont des territoires très attractifs", conclut-il.

Vous êtes à nouveau en ligne