VIDEO. Les salariés de l'automobile s'invitent au Mondial de l'auto

France 2 - Luc Bazizin et Johann Nertomb

Des salariés de l'usine PSA d'Aulnay et de celle de Ford Blanquefort ont bruyamment fait entendre leur voix samedi, à l'ouverture au public du Salon de l'automobile à Paris.

ECONOMIE - Un peu de chahut à l'ouverture du Salon de l'automobile. Des salariés de l'usine PSA d'Aulnay (Seine-Saint-Denis) et du site Ford de Blanquefort (Gironde) ont manifesté samedi 29 septembre au Mondial de l'auto à Paris pour la défense de leurs emplois, montrant une certaine hostilité au gouvernement de gauche.

Quelques dizaines de syndicalistes d'Aulnay ont brandi des cartons rouges destinés au ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, qu'ils ont baptisé le "ministre improductif". Il n'y a pas eu d'incident. Arnaud Montebourg, dont la présence avait été annoncée, n'est pas venu mais a dit sur son compte Twitter qu'il se rendrait au Mondial samedi prochain. "Je veux rencontrer les salariés de PSA que j'ai déja vus à trois reprises et qui défendent légitimement leurs emplois", écrit-il.

Plusieurs centaines de salariés de Ford, conduits notamment par l'ancien candidat d'extrême-gauche à la présidentielle Philippe Poutou, ont également investi les allées du salon et ont déployé des banderoles "sauvons les emplois" sur les voitures de la marque. Les salariés de l'usine de Blanquefort craignent que la promesse de la direction de sauver 1 000 emplois ne soit pas tenue, dans le contexte de suppressions de postes en Europe dans le groupe.

Vous êtes à nouveau en ligne