VIDEO. Le mauvais temps fait grimper la facture énergétique des maraîchers

CLAUDE MARCOTTE / FRANCE 2

Les producteurs de fruits et légumes sont obligés de chauffer leurs serres en plein été.

Les légumes sont bien frais, même un peu trop. Le mauvais temps de l'été frappe jardins et potagers, avec des températures qui descendent certains matins jusqu'à 4°C. "Les tomates, les aubergines... Les températures basses empêchent le mûrissement de ces légumes", regrette Jean-Claude Ferai, un jardinier amateur de l'Association pour les jardins ouvriers et familiaux.

Les serres chauffées dès juillet

Les professionnels, eux, sont obligés de chauffer leurs serres, ce qui fait augmenter mécaniquement la facture électrique et leurs coûts de production de 20 à 40%. "On a besoin de chauffer quand on produit à partir du mois d'octobre, mais cette année, exceptionnellement, on a chauffé en juillet et en août", témoigne Luc Soupirot, maraîcher producteur. A cela s'ajoutent les pluies et la grêle du mois de juillet, qui n'ont pas épargné les cultures extérieures.

Vous êtes à nouveau en ligne