VIDEO. Comment un jeune hôtel est inspecté pour décrocher ses 4 étoiles... et toucher enfin une clientèle internationale

Après deux années d’exploitation, Hughes et Camille se sont sentis prêts à tenter de faire classer en 4 étoiles leur hôtel en Normandie. Il a été passé au peigne fin par l’inspecteur à qui rien n’échappe… Extrait de "13h15 les Français" du 16 juin. 

Camille et Hugues, un couple de jeunes trentenaires, ont réalisé leur rêve en 2015 en ouvrant leur hôtel en Normandie. Ils ont tout fait, de la cave au grenier, emprunté de grosses sommes, travaillé sans compter leurs heures... et fait trois enfants. Après deux ans d’exploitation, ils se sentent prêts à passer l’épreuve du classement dans la catégorie 4 étoiles de leur établissement. Stressant !

Après avoir posé un tombereau de questions techniques sur les installations de l’hôtel, l’inspecteur monte dans les étages pour visiter la dizaine de chambres. Rien ne va lui échapper, tout étant passé au radar. Hughes commence à douter du succès de leur démarche : "J’étais très optimiste… Maintenant, je le suis un peu moins."

Un barème obligatoire et un autre optionnel

"Il faudra identifier les deux sanitaires. Je mets 'non' pour l’instant", note l’inspecteur de la normalisation sur son dossier, alors que l'inquiétude du jeune hôtelier est à la hausse. Couvertures, draps, sommiers… tout est inspecté dans les moindres détails, comme aussi la mise à disposition des clients du bouquet de chaînes de télévision… "Ça, c’est des points, on engrange", se rassure Hughes. Malheureusement, il manque une radio, un lecteur DVD et un judas sur la porte.

Après deux heures et demi de visite intégrale, l’inspecteur fait ses comptes sur la base d’un double barème. L'un est obligatoire et l'autre optionnel. Verdict final : "En 4 étoiles, il faut au minimum 108 critères optionnels auxquels on ajoute les 36 autres, ce qui nous fait 144, détaille-t-il. Il en faut ainsi 144 sur les 358. Et on en a 146, donc, ça passe !" C’est le soulagement… "A deux points près ! Beau boulot !" se réjouit Hugues. Il rappelle que Camille "lui a cassé les pieds des soirées entières avec ce 4 étoiles". Un tel classement, même obtenu "ric-rac", comme le note la jeune hôtelière, offre désormais à leur Manoir une visibilité accrue pour toucher une clientèle internationale. 

Vous êtes à nouveau en ligne