VIDEO. Cash Investigation : les tests irréalistes des constructeurs automobiles

Premières Lignes / Cash Investigation

Dans toute l’Europe, et quel que soit le constructeur, on pratique les mêmes tests d’homologation pour déterminer le degré de rejet de particules fines des voitures. Problème : ces tests de conduite n’ont aucun rapport avec la réalité. Un extrait de "Cash Investigation. Diesel, la dangereuse exception française", diffusé sur France 2 lundi 28 septembre à 23 heures.

En voiture, mettre 12 secondes pour monter à 32 km/h, c'est long, très long. A ce rythme, il y a peu de chances que les rejets de particules fines soient trop élevés. Cette accélération digne d’un tracteur poussif et surchargé est pourtant une composante du "cycle", un parcours avec vitesses imposées que tout véhicule diesel ou essence doit faire plusieurs fois en laboratoire pour être homologué.

Pédale douce

Il faut avoir la pédale si douce que même le spécialiste que les équipes de "Cash Investigation" ont rencontré a dû s’entraîner pour y parvenir sur une vraie route… Réussir le test ne pose donc pas trop de problème aux constructeurs. Et c’est valable pour toute l’Europe et toutes les marques. Dans le secteur, tout le monde le sait, et tout le monde se tait. C’est à rendre les moteurs truqués de Volkswagen totalement superflus.

A voir dans "Cash Investigation. Diesel, la dangereuse exception française", une enquête d'Edouard Perrin diffusée sur France 2 lundi 28 septembre à 23 heures.

Vous êtes à nouveau en ligne