VIDEO. "Cash Investigation" est allé casser un peu l’ambiance à l’assemblée générale annuelle des actionnaires du groupe de luxe Kering

"Cash Investigation" a souhaité interviewer François-Henri Pinault sur les montages fiscaux du groupe Kering. Mais celui-ci a refusé toute interview télévisée. Alors l'équipe s’est déplacée pour le rencontrer… Extrait de "Luxe, les dessous chocs", une enquête de Zoé de Bussierre diffusée mardi 9 octobre 2018 sur France 2.

"Cash Investigation" (Facebook, Twitter, #cashinvestigati), en partenariat avec le site Mediapart et l’European Investigative Collaborations (EIC), a enquêté sur LGI, la filiale la plus rentable du groupe Kering, installée en Suisse, ainsi que sur Gucci, l’une des marques phares du groupe du milliardaire français François-Henri Pinault.

Trois des plus gros salaires de Gucci ont été officiellement établis en Suisse, alors qu’ils seraient basés à Milan… Une filiale dans le Tessin ressemblerait fort à l’entreprise la plus profitable du monde… Cela commence à faire beaucoup de sujets à aborder avec le dirigeant du groupe.

Obtenir des explications sur le montage fiscal du groupe

Kering ayant refusé toute interview télévisée sur ces sujets, "Cash Investigation" s’est rendu à l’assemblée générale annuelle des actionnaires, à Paris, pour tenter d’obtenir des explications sur le montage fiscal mis en place. A la tribune, les dirigeants présentent ce jour-là des résultats records.

Le président-directeur général a d’ailleurs écrit dans une plaquette de présentation : "Je ne connais pas de groupe qui ait connu une croissance annuelle aussi importante… Nous avons créé plus de 3 milliards d’euros de chiffre d’affaires supplémentaire en un an." Et puis, "Cash" a cassé un peu l’ambiance…

Extrait de "Luxe, les dessous chocs", une enquête de Zoé de Bussierre diffusée mardi 9 octobre 2018 sur France 2.

Vous êtes à nouveau en ligne