USA: déficit budgétaire record

Selon la Réserve fédérale des États-Unis (FED), la nature de la reprise est toujours \"incertaine\".
Selon la Réserve fédérale des États-Unis (FED), la nature de la reprise est toujours "incertaine". (© AFP - Karen Bleier)

Les Etats-Unis ont accusé un déficit de 1.417 milliards de dollars en 2008-2009, soit environ 10% du PIB américain

Les chiffres officiels ont été publiés par le Trésor vendredi à Washington. Seule consolation, le déficit de l'Etat fédéral est finalement un peu inférieur à ce que craignait le gouvernement dans ses prévisions d'août.

Reste que le ratio du déficit au PIB n'a jamais été aussi élevé depuis 1945, selon le Bureau du budget du Congrès (CBO).

Principale explication de ces mauvais résultats: la crise. Les comptes de l'Etat ont été affectés par la baisse des recettes fiscales, du fait du recul des revenus des entreprises et des ménages, et par la hausse des dépenses liées à la récession (relance budgétaire, hausse des prestations sociales et sauvetage d'institutions financières).

Les recettes ne représentent que 14,8% du PIB, leur niveau le plus bas en plus de 50 ans. Quant aux dépenses, elles ont fait le chemin inverse, augmentant un peu plus que prévu, de 18,2% pour atteindre 3.522 milliards de dollars, soit 24,8% du PIB, leur niveau le plus haut en plus de cinquante ans.

D'octobre 2008 à septembre 2009, le solde mensuel du budget fédéral a été dans le rouge pendant douze mois d'affilée, ce qui n'était jamais arrivé, autant qu'on s'en souvienne au Trésor. Le déficit pour 2008-2009 a finalement été "inférieur à nos prévisions, en partie parce que nous sommes en train de réussir à réparer le système financier à un moindre coût pour les contribuables", écrit cependant le secrétaire au Trésor Timothy Geithner dans un communiqué.

Selon les chiffres du Trésor, les sorties nettes au titre du plan de
sauvetage du système financier promulgué en octobre 2008 ont été inférieures aux attentes. Sur les 700 milliards mis à la disposition du ministère spécifiquement pour cela, les dépenses nettes ont atteint 153,9 milliards de dollars.

Quant au sauvetage des organismes de financement hypothécaires Fannie Mae et Freddie Mac, annoncé en septembre 2008, il s'est avéré moins onéreux que prévu. Le gouvernement, qui a prévu d'y consacrer jusqu'à 200 milliards de dollars, a néanmoins déboursé pas moins de 95,6 milliards de dollars pour permettre à ces deux entreprises de continuer à fonctionner.

Les Etats-Unis ont financé leur déficit en s'endettant considérablement, mais cela s'est fait dans des conditions favorables, du fait de la faiblesse des taux: les intérêts payés par l'Etat au titre de la dette publique ont atteint 383 milliards de dollars, soit environ 15% de moins que lors de l'exercice précédent. A la fin de l'exercice, la dette publique des Etats-Unis dépassait les 11.900 milliards de dollars.

La reprise comme bouée de sauvetage

Pour l'exercice en cours, qui s'achèvera fin septembre 2010, le Bureau du budget de la Maison Blanche (OMB) table sur un déficit budgétaire de 1.502 milliards de dollars, soit 10,4% du PIB américain. Pour M. Geithner, les déficits prévus pour les années à venir sont encore "trop hauts" et le gouvernement veut les "ramener à des niveaux viables à mesure que l'économie se reprendra".

Estimant que le déficit actuel a été "le résultat" de la politique du
gouvernement de George Bush (qui a quitté la Maison Blanche en janvier après avoir engagé les Etats-Unis dans deux guerres extrêmement coûteuses), Charles Fant, le chef de la Commission du budget de la Chambre des représentants, a jugé qu'il ne fallait pas chercher à réduire le déficit "avant que l'économie ne se soit totalement remise".