Travail dominical : Alexandre Bompard "demande une dérogation pour le secteur culturel"

(Alexandre Bompard © Radio France)

Alexandre Bompard, le PDG du groupe Fnac, salue l'avancée du texte et le courage du gouvernement sur le travail du dimanche. Il souhaite qu’une dérogation soit accordée au secteur de la culture pour notamment lutter contre la concurrence de la vente en ligne.

La Fnac a presque triplé son bénéfice net en 2014 à 41 millions d'euros. Fort du retour à la croissance du groupe Fnac, son PDG Alexandre Bompard veut aller plus loin et demande une dérogation pour pouvoir ouvrir le dimanche. "Le travail le dimanche, j’ai une demande de dérogation sectorielle pour le secteur culturel. J’ai une demande forte qui est de laisser les magasins Fnac et les autres ouvrir le dimanche. "

 

Une demande qui se justifie notamment par le fait que le concurrent principal de la Fnac, Amazon, a fait de la culture un produit d'appel, et réalise 25% de son chiffre d'affaires le dimanche.

 

27.02.2015 Alexandre Bompart, le PDG du groupe Fnac, milite pour le travail le dimanche
--'--
--'--

"Tous les indicateurs sont au vert"

Certains avaient prédit la mort de la Fnac et pourtant le groupe a quasiment triplé ses résultats pour s’établir à 41 millions d’euros en 2014, contre 15 millions d’euros en 2013. "On est très heureux des résultats que nous avons communiqués. Tous les indicateurs sont au vert, c’est une vraie année positive. C’est solide, c’est la deuxième année de suite et cela montre bien que c’est la concrétisation de la stratégie que nous menons à bien depuis trois ans, " explique Alexandre Bompart.

 

Depuis quelque temps, la Fnac s’est lancé dans la vente de nouveaux produits qui représentent 11% du chiffre d’affaire global de 2014. "Il nous fallait aller chercher de nouvelles familles de produits. Nous en avons donc développé cinq : le petit électroménager, la papeterie, le jeu-jouet, la téléphonie nue (les smartphones) et les objets connectés. "

27.02.2015 "C’est une vraie année positive. C'est du solide", estime Alexandre Bompart
--'--
--'--