VIDEO. A Marseille, les "opérations escargot" des taxis créent la pagaille

ESTELLE MATTHIEU - MALIK KAROUCHE / FRANCE 3

Sept fédérations de taxis français se sont jointes à l'appel lancé par les taxis de Londres. Dans leur collimateur : la société Uber et ses VTC (voitures de tourisme avec chauffeurs), dont ils dénoncent la "concurrence déloyale".

Quand les embouteillages virent à l'affrontement. A Marseille, mercredi 11 juin vers 8h15, une vingtaine de voitures étaient rassemblées à la gare Saint-Charles et autant à la gare TGV d'Aix. Une cinquantaine de véhicules, réunis à l'aéroport de Marignane (Bouches-du-Rhône), ont créé des ralentissements. Des difficultés suscitées par les "opérations escargot" des taxis, qui ont échauffé les esprits.

Ils dénoncent une "concurrence déloyale"

Sept fédérations de taxis français (FNDT, FFTP, FNAT, FNTI, GESCOOP, Unit et Sud) se sont jointes à l'appel lancé par les taxis de Londres, mercredi. Ils ont dans le collimateur la société Uber, éditrice de l'application numéro un pour la réservation de VTC (voitures de tourisme avec chauffeurs) dans le monde. Selon eux, cette société instaure une concurrence déloyale.

En région parisienne, des opérations escargot ont été organisées sur l'autoroute A1 entre Paris et l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, ainsi que sur l'A86, qui permet de rallier l'aéroport d'Orly, ainsi que sur l'A4 et l'A106, en direction de Paris.

Vous êtes à nouveau en ligne