Valérie Pécresse menace d'augmenter le prix du passe Navigo dans les transports franciliens

Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France, donne une conférence de presse, le 21 mars 2016.
Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France, donne une conférence de presse, le 21 mars 2016. (THOMAS SAMSON / AFP)

La présidente (Les Républicains) de la région estime que le prix d'équilibre se situe "entre 80 et 85 euros" par mois, au lieu de 70 actuellement.

La facture va peut-être s'alourdir pour les usagers des transports en commun en Ile-de-France. La présidente de la région, Valérie Pécresse (Les Républicains), menace d'augmenter par "une taxe Valls" de 10 à 15 euros le tarif mensuel du passe Navigo, actuellement à 70 euros, dans une interview au Parisien, dimanche 19 juin.

"On a une impasse annuelle de 300 millions d'euros. Le passe Navigo à 70 euros par mois a été improvisé par la gauche juste avant les élections régionales et n'est pas financé. Le Premier ministre, Manuel Valls, l'a reconnu, ajoutant qu'il allait transférer des ressources fiscales pour nous aider. Le problème, c'est qu'on ne voit rien venir, alors que le budget 2017 est en cours de préparation", réaffirme Valérie Pécresse.

Une promesse de campagne oubliée ?

Affirmant que le "tarif d'équilibre" du passe unique se situe "entre 80 et 85 euros selon le Stif" (syndicat des transports d'Ile-de-France), la présidente de région lance : "Sans financement complémentaire du gouvernement, nous serons donc contraints d'instaurer une taxe Valls, entre 10 et 15 euros." A ses yeux, "cette histoire de passe Navigo est emblématique de la gestion politique de Hollande et de Valls. Ils font des cadeaux avant les élections pour les gagner et laissent ensuite des factures impayées aux Français".

Durant la campagne pour les élections régionales, Valérie Pécresse émettait déjà des réserves sur le financement de la mesure, mais elle promettait pourtant de la conserver. "Le Pass unique à 70 euros sera maintenu sans hausse d'impôts et un tarif réduit unique pour les retraités, les personnes handicapées et les anciens combattants sera créé", assurait-elle dans son projet. "Je ne le remettrai pas en cause parce qu'il n'est pas question de jouer avec le pouvoir d'achat des Franciliens", affirmait-elle à 20 minutes en mai 2015.

Des travaux nécessaires sur le réseau

Cet argent supplémentaire attendu de l'Etat est nécessaire "pour financer de nouvelles lignes de bus, du matériel roulant neuf, plus de sécurité, de la vidéoprotection et le plan de modernisation que nous lancerons cet été", plaide aujourd'hui Valérie Pécresse. "Le conseil régional aura à faire face dans les années à venir à de nouvelles dépenses transports, reconnaît Pierre Serne, l'ancien vice-président (EELV) de la région en charge des Transports, qui a lancé le passe unique en septembre, dans 20 minutesNous l’avions prévu au moment d’instaurer la mesure. Une augmentation moyenne de 2,5% par an du prix du passe Navigo aurait permis d’y faire face."

"Les usagers de Paris et de la proche couronne ont déjà eu à subir ces dernières années de fortes hausses de leur abonnement mensuel, dénonce pour sa part Marc Pélissier, président de l’Association des usagers des transports d’Ile-de-France, dans le quotidien gratuit. Le passe Navigo zone 1 et 2 était à 55 euros il y a peu. Il ne serait pas juste qu’ils subissent une nouvelle hausse." Il préconise la fin du tarif unique, au profit d'"un passe local pour Paris et la proche banlieue dont le prix resterait à 70 euros".

Vous êtes à nouveau en ligne