Dans le rétro : quand les vacanciers découvraient les autoroutes payantes

Il y a 60 ans, le 9 juillet 1960, un décret autorisait les péages sur les autoroutes françaises. La première à sauter le pas était l'autroute du soleil dès l'été 1961. Les vacanciers ont donc pu découvrir les autoroutes payantes. 

Dans les années 1950, la route des vacances vers le sud passe systématiquement par la Nationale 7. Une route gratuite, mais très embouteillée. Pour remédier aux bouchons, en juillet 1961, la première autoroute payante ouvre sur 63 kilomètres. Sa construction, qui a duré cinq ans, a coûté 22 milliards d'anciens francs. Pour la financer, une seule solution : le péage. Il doit alors être temporaire et les automobilistes sont compréhensifs. 

Petit à petit, l'automatisation remplace le personnel

À l'époque, la distribution des tickets se fait à la main, mais les tarifs vont très vite augmenter. Les automobilistes changent alors de ton. "Ils se moquent du monde", s'insurge l'un d'entre eux en 1975. Arrivent ensuite les cabines avec du personnel et certains les appellent "les ouvreuses des grandes vacances". Petit à petit, l'automatisation remplace le personnel. À la fin des années 90, le télépéage fait son apparition. En 2005, le gouvernement de Villepin décide de privatiser la gestion de ces autoroutes. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne