Vosges : quand le car remplace le train

FRANCE 2

Tandis que la SNCF ferme ses petites lignes, les moins rentables, France 2 s'est intéressée à ce que cela change concrètement pour les usagers. Entre Épinal et Saint-Dié-des-Vosges, dans les Vosges, ils doivent prendre le car et le voyage dure deux fois plus longtemps.

Sur les tableaux d'affichage en gare d'Épinal (Vosges), le changement est imperceptible. Le train régional pour se rendre à Bruyères (Vosges) est bien affiché, pourtant il n'entrera plus en gare. Depuis le début de l'année, c'est un car qui le remplace. Noémie fait ce trajet trois fois par semaine pour se rendre dans l'entreprise où elle fait son apprentissage. Depuis la mise en place du car, son temps de trajet a doublé malgré un tarif identique, et sans garantie d'arriver à l'heure en fonction des conditions météo.

L'attractivité des communes en berne

Tout au long du trajet, le car longe les rails du train. Arrivée à Bruyères prévue 45 minutes plus tard. Dans cette ville de 3 200 habitants, cette suppression passe mal. Yves Bonjean est le maire de la ville. En perdant cette ligne, il a perdu le dernier train qui passait dans sa gare, maintenant à l'abandon. Sans train, il craint pour l'attractivité de sa commune, déjà affaiblie par la crise économique et la perte de nombreux services. Si la SNCF a fermé cette ligne aussi rapidement, c'est selon elle pour des raisons de sécurité. Mais les habitants ne perdent pas espoir. Fin février, Emmanuel Macron s'est engagé devant les élus à rouvrir la ligne, sans toutefois s'avancer sur une date. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne