Trains Intercités : les bas prix relancent l'activité

Les trains Intercités sont souvent présentés comme les parents pauvres du réseau ferré français, mais ils rendent service à un grand nombre d'entre vous. Les prix attractifs en font même un rival de poids face au covoiturage et aux autocars.

Les Intercités recommencent à attirer des voyageurs. Malgré l'ancienneté de ces rames, la baisse des prix a permis de relancer l'activité. Comme sur cette ligne Bordeaux (Gironde) - Marseille (Bouches-du-Rhône) où ils sont nombreux à avoir préféré prendre le train en raison du prix. "J'ai payé 12 euros, si j'avais pris un bus ou un Blablacar, j'aurais payé environ 22 euros à cette heure-là", confie une voyageuse. Pour ces 1 000 kilomètres de trajet, ce client a aussi fait ses comptes et le train reste moins cher.

Rénovation des trains et multiplication des promotions

"L'aller-retour voiture, ça me fait presque 300 euros avec l'autoroute donc [l'Intercités c'est compétitif]", explique l'usager. Lenteur des trajets, rames dégradées, beaucoup de clients avaient abandonné ces lignes en faveur du covoiturage ou du car aux prix très attractifs. La SNCF s'est donc lancée dans la rénovation progressive des trains et a multiplié les promotions. "On a fait une politique tarifaire qui est agressive et compétitive. Nous avons toute une gamme de petits prix", assure Jean Ghedira, directeur Intercités SNCF. Une stratégie qui commence à porter ses fruits. Le taux d'occupation des trains remonte : 56% en moyenne depuis le début de l'année.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne