Hauts-de-France : les villes défendent leur gare TGV

La SNCF doit rendre ses arbitrages sur ses projets de fermeture de gares au mois d'avril. Il y a beaucoup d'attentes du côté des usagers. Dans les Hauts-de-France notamment, 16 communes sont menacées.

Un TGV en gare de Béthune (Pas-de-Calais), cela pourrait bientôt ne plus arriver, car la situation est peu rentable pour la SNCF. Pourtant, chaque jour, 450 voyageurs empruntent ce train pour rejoindre la capitale. "Moi, ce train-là, je le prends tous les jours, donc c'est important qu'on garde cette desserte, témoigne un utilisateur. C'est un outil de travail." "La circulation parisienne est infaisable, autant y aller en train, assure une autre. C'est beaucoup plus simple pour tout le monde, ça évite d'engorger la ville et ça me permet de travailler dans le train."

"Une mission de service public"

Dans les Hauts-de-France, 16 gares sont desservies par le TGV. Les maires, qui jugent ces trains indispensables pour désenclaver les petites communes, ont manifesté à Douai (Nord) notamment, début mars. Ils ont obtenu le maintien de la plupart des lignes de TGV, mais veulent poursuivre la pression. "C'est une mission de service public", assure Olivier Gacquerre, maire de Béthune.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne