TER : les régions pourront bientôt ouvrir leurs lignes à la concurrence

FRANCE 2

Mardi 3 décembre, un pas de plus sera franchi vers la mise en concurrence des TER. Les régions volontaires vont pouvoir lancer des appels d'offres pour confier leurs trains à un autre opérateur que la SNCF. Elles espèrent de meilleurs services et des prix plus bas.

La SNCF va bientôt devoir faire de la place sur le quai de certaines gares. Dès demain, les régions pourront lancer des appels d'offres pour ouvrir à la concurrence certaines de leurs lignes régionales, à l'image de la Gare de Saint-Dié-des-Vosges (Vosges). Les usagers sont partagés. Avec de nouveaux opérateurs, la région Grand-Est espère baisser les coûts d'exploitation des lignes. "La SNCF a besoin d'être stimulée. C'est une grande entreprise, mais on sait que pour se réformer, elle a besoin d'être parfois en concurrence avec d'autres opérateurs", explique David Valence, vice-président chargé des transports du Grand-Est.

Une concurrence qui ne mènera pas forcément à des tarifs moins élevés

Comme la région Grand-Est, les Hauts-de-France et la région Sud Provence-Alpes-Côte d'Azur se sont dites prêtes à ouvrir leurs lignes à la concurrence. Mais le gain financier attendu par les régions ne profitera pas aux usagers, assure un expert. D'autres pays européens ont déjà ouvert à la concurrence leurs lignes, comme en Allemagne. Si le prix des billets n'a pas toujours baissé, le nombre de lignes et de trains a, lui, augmenté de plus de 20% en 20 ans.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne