Suppression du train de nuit Paris-Savoie : "On ne peut pas sacrifier les familles et les saisonniers"

Un rapport remis mardi 26 mai 2015 au gouvernement préconise la suppression de quatre trains de nuit.
Un rapport remis mardi 26 mai 2015 au gouvernement préconise la suppression de quatre trains de nuit. (MAXPPP)

La maire d'Albertville (Savoie) explique à francetv info que la suppression du Paris-Savoie, préconisée par un rapport remis au gouvernement, aurait un "impact réel" sur les saisons touristiques dans les Alpes. 

Fini, les trains de nuit ? Ils relient chaque nuit, en couchette ou en siège inclinable, Paris à Hendaye, à la côte Vermeille ou à la Savoie, et le Nord-Est à la Méditerranée. Mais certains d'entre eux pourraient disparaître : un rapport remis mardi 26 mai au gouvernement estime, notamment, que "le modèle économique des trains de nuit n'est plus viable". 

Le périmètre des trains de nuit serait réduit à quatre lignes : entre Paris et Briançon, Rodez, Toulouse et Latour-de-Carol. Des lignes qui, même si elles sont déficitaires, sont maintenues en raison de l'absence d'alternative.

Mais la disparition des quatre autres lignes Intercités de nuit (anciennement Corail Lunéa) provoque de nombreuses protestations chez les usagers et les élus locaux. A l'image de Martine Berthet, maire Divers droite d'Albertville (Savoie), qui demande le maintien du Paris-Savoie "au moins l'hiver" pour favoriser l'activité touristique liée au ski. 

Francetv info : Comment réagissez-vous à la suppression des trains de nuit, dont le Paris-Savoie qui permet notamment de relier la capitale à Albertville ? 

Martine Berthet : Cette suppression serait très dommageable pour la vie touristique et économique locale. L'impact d'une suppression pure et simple serait réel. Le TGV pour relier la Savoie et les Alpes est très coûteux. Depuis Paris, pour un aller-retour, il faut compter entre 100 et 200 euros [contre environ 70 euros l'aller-retour en train de nuit].

Selon le rapport, le modèle économique des trains de nuit n'est "plus viable". Qu'en pensez-vous ? 

Je conçois bien qu'il faille des lignes rentables et que la SNCF doive se moderniser, mais on ne peut pas tout sacrifier. Il faut penser aux familles de vacanciers qui ont des budgets modestes. N'oublions pas non plus les nombreux travailleurs saisonniers qui se dirigent vers les stations pour chercher du travail : ils n'ont pas des budgets qui leur permettent forcément d'emprunter le TGV.

Allez-vous réclamer le maintien du Paris-Savoie ?

Nous allons nous organiser avec d'autres élus pour faire entendre notre voix. Le Paris-Savoie doit être au moins maintenu l'hiver pour ne pas nuire aux plus modestes et à notre économie. L'été, le train de nuit est moins nécessaire. S'il devait être totalement supprimé, il faudrait mettre en place un dispositif pour compenser cette suppression et faciliter l'accès du TGV aux foyers qui n'en ont les moyens.