Paris : pourquoi la gare du Nord a-t-elle été évacuée dans la nuit ?

Des policiers en position à l\'entrée de la gare du Nord à Paris, le 8 mai 2017. 
Des policiers en position à l'entrée de la gare du Nord à Paris, le 8 mai 2017.  (REUTERS)

Les policiers étaient à la recherche, dans la nuit de lundi à mardi, de trois indvidus considérés comme "dangereux". Un train en provenance de Valenciennes a été fouillé. Les 200 passagers ont dû descendre un à un.

Fin de soirée mouvementée, gare du Nord à Paris. Une importante opération de police a eu lieu dans la nuit du lundi 8 au mardi 9 mai, jusqu’à environ 2 heures du matin. La gare la plus empruntée d'Europe a dû être évacuée. Plusieurs hommes étaient recherchés. Franceinfo fait le point sur ce que l'on sait.

Quand l'opération a-t-elle commencé ? 

Il est un peu plus de 23 heures lorsque les policiers prennent position dans l'enceinte de la gare. Un vaste dispositif est alors déployé. Dans un tweet, la préfecture de police de Paris explique qu'il s'agit de "vérifications".

C'est un train en provenance de Valenciennes (Nord) qui est visé. D'après les informations de franceinfo, c'est un agent SNCF de Valenciennes qui a donné l'alerte plus tôt dans la soirée. Cet employé aurait cru reconnaître l'un des trois hommes activement recherchés depuis vendredi par la police, en raison d'une menace terroriste présumée. 

De son côté, Europe 1 explique que c'est "en rentrant chez elle lundi soir", que cette personne a découvert "sur les réseaux sociaux un avis de recherche émis par la police en fin de semaine dernière. Elle a cru se souvenir d'avoir vendu un billet à l'un de ces hommes qui était accompagné de deux personnes. Elle a donc alerté la police." 

Qui sont les hommes recherchés ?

La police recherchait trois hommes considérés comme "dangereux". Ils "ont été signalés vendredi à la DGSI [la Direction générale de la sécurité intérieure, le service de renseignements français] par un pays partenaire", croit savoir Le Parisien. Depuis ce jour, "ces trois hommes ont été signalés à Paris, Bordeaux et Marseille, déclenchant à chaque fois un important dispositif policier."

La gare a été évacuée en quelques minutes. La station de métro et de RER a été fermée. Les forces de l'ordre ont alors établi un cordon de sécurité autour des rues adjacentes, le temps de vérifier et de lever les doutes, selon les termes de la préfecture de police. 

Comment les passagers ont-ils réagi ?

Deux cents personnes se trouvaient à bord du train en provenance de Valenciennes. Lorsqu'il est arrivé à quai, ils sont descendus "un par un""On nous a dit qu’on était confinés, qu’on ne devait pas bouger jusqu’à nouvel ordre", raconte à franceinfo Célia, l'une des passagères. "Des gens ont commencé à paniquer, des CRS sont arrivés et nous ont demandé de lever les mains. Ensuite, on est sorti un par un." 

Sur Twitter, plusieurs voyageurs ont également indiqué être bloqués dans d'autres trains avant leur arrivée gare du Nord.

Quand l'opération a-t-elle pris fin ?

Les véhicules noirs de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) sont restés postés pendant trois heures devant la gare. Après avoir été rassemblés dans une brasserie face à la gare pour être fouillés une dernière fois, puis rassurés, les 200 passagers ont pu retourner chercher leurs bagages restés dans le train. Avant de pouvoir rentrer chez eux. 

La préfecture de police de Paris a expliqué à franceinfo que les vérifications n'avaient rien donné. Aucune interpellation n'a eu lieu. Mardi matin, le trafic a repris normalement sur l'ensemble des lignes.

Vous êtes à nouveau en ligne