Panne informatique gare Montparnasse : cela ne se serait pas produit "si on avait eu des aiguilleurs"

Des passagers en attente d\'informations à la gare Montparnasse, à Paris, le 3 décembre 2017.
Des passagers en attente d'informations à la gare Montparnasse, à Paris, le 3 décembre 2017. (MARTIN BUREAU / AFP)

Fabien Dumas, secrétaire fédéral du syndicat SUD Rail, a dénoncé, lundi sur franceinfo, une digitalisation au détriment de l'emploi alors que la gare Montparnasse a subi une panne de signalisation bloquant totalement la circulation.

Le trafic à la gare Montparnasse, à Paris, n'aurait pas été paralysé "si on avait eu des aiguilleurs dans des postes d'aiguillage à des endroits bien précis", dénonce, lundi 4 décembre sur franceinfo, Fabien Dumas. Selon le secrétaire fédéral du syndicat SUD Rail, il est possible de perdre le contrôle d'une aiguille, "mais on ne perd pas le contrôle de l'ensemble des aiguilles de la gare Montparnasse en même temps", a-t-il regretté.

Un seul poste géré informatiquement

"Maintenant, on met des commandes centralisées réseau : là où, avant, il y avait des postes d'aiguillage, on a désormais un seul poste géré informatiquement. Quand on a une panne, on a ce qu'on a connu hier [dimanche], c'est-à-dire d'un seul coup une seule panne, il n'y a plus un train qui circule", décrypte Fabien Dumas. Si le syndicaliste précise que sa fédération n'est "pas contre le progrès", il dénonce que "la digitalisation" se fasse "avec une logique de suppression d'emplois qui est une logique purement économique".

Modernisation au détriment de l'emploi

"Le réseau est hors d'âge", a expliqué Fabien Dumas.. Pour le syndicaliste, du retard a été pris sur la modernisation du réseau et pointe l'Etat comme responsable. La conséquence est que l'"on fait peser sur la SNCF, une dette qui n'est pas la dette des cheminots, mais qui est une dette d'Etat. On a fait payer l'aménagement du territoire à la SNCF. Du coup, le poids de la dette a empêché de moderniser le réseau". Cette erreur stratégique se retrouve, selon Fabien Dumas, sur l'âge des infrastructures : "Pendant que les rails ont 33 ans de moyenne d'âge chez nous, ils ont 15 ans en Allemagne. Ce n'est pas la faute de la SNCF, c'est la faute de la tutelle, c'est la faute de l'Etat."