Montparnasse : la panne peut-elle se reproduire ailleurs ?

France 3

Après la panne électrique qui a eu lieu gare Montparnasse, le trafic s'améliore mais le risque que ce genre d'incident se reproduise est-il à zéro ?  

Lors de la panne de vendredi 27 juillet, les quais étaient bondés et les voies vides. La SNCF désigne un responsable : un incendie dans un poste électrique en banlieue parisienne, un équipement qui ne lui appartient pas. Le poste qui a brûlé est similaire à un autre, qui alimente 200 000 foyers et tout le quartier de La Défense. Les fils électriques ne sont pas visibles, ils sont isolés grâce à des procédés hors-norme. "C'est un bijou de technologie, à l'intérieur du tube il y a 225 000 volts, mais un gaz sous pression permet de l'isoler", explique Gaëtan Desquilbet, directeur Développement et ingénierie RTE. Ce genre de dispositif coûte 60 millions d'euros, payés par les clients. "Chacun spécifie son besoin en alimentation et nous adaptons", poursuit le directeur.

Un dispositif très coûteux

Pourquoi la SNCF n'a-t-elle pas un deuxième poste de secours ? Contactée par les journalistes de France 3, la compagnie explique ce choix par le coût très élevé de ces bâtiments. Elle argumente également que depuis cinquante ans, ce poste n'a jamais manqué. En bas de la gare Montparnasse, quand les trains ne circulaient pas, le métro situé en contrebas, lui, fonctionnait. La RATP a payé très cher pour faire doubler sa capacité.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne